•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin a obtenu le contrat du prolongement de la ligne Trillium à Ottawa sans avoir atteint les exigences techniques requises

Un train léger d'Ottawa à la station Bayview en hiver.

L'entreprise SNC-Lavalin a obtenu le contrat du prolongement de la ligne Trillium.

Photo : Radio-Canada / Chris Rands/CBC

Radio-Canada

SNC-Lavalin a obtenu le contrat de 1,6 milliard de dollars pour prolonger la ligne Trillium du train léger d'Ottawa malgré le fait que l'entreprise n'ait pas réussi à atteindre la note technique requise dans la soumission, une exigence que ses deux concurrents ont respectée, selon des informations obtenues par CBC.

SNC-Lavalin a battu deux autres consortiums pour obtenir le contrat afin de prolonger la ligne de la station Greenboro jusqu'au secteur de Riverside-Sud, incluant un lien vers l’aéroport d’Ottawa.

La décision a été approuvée par le conseil municipal d'Ottawa le 6 mars dernier par un vote de 19 contre 3.

Mais selon trois sources anonymes contactées par CBC, l’entreprise montréalaise n’a pas obtenu la note technique minimum requise pour obtenir le contrat, qui est établie à 70 %.

Toujours d'après les mêmes sources, les deux autres consortiums, Trillium Link et Trillium Extension Alliance, ont obtenu une note technique supérieure au minimum requis de 70 %.

La Ville réitère l'intégrité du processus

La Ville d’Ottawa a refusé de confirmer si SNC-Lavalin avait obtenu la note technique minimum requise, affirmant que ces documents sont soumis au secret commercial.

Certains conseillers, dont Diane Deans, critiquent le manque de transparence dans ce dossier.

Une femme assise à un bureau devant un micro.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La présidente de la Commission de services policiers d'Ottawa, Diane Deans.

Photo : Radio-Canada

Elle avait demandé si la note avait atteint le minimum requis de 70 %. On lui a répondu que les notes étaient confidentielles, puisqu'elles relevaient du secret commercial.

Dans un courriel envoyé à CBC, le directeur de la planification de l'O-Train, Chris Swail, affirme que la Ville d’Ottawa est satisfaite des résultats du processus d’acquisition et se dit convaincue de la capacité du soumissionnaire gagnant de planifier, construire et maintenir le prolongement de la ligne Trillium.

Selon Chris Swail, les trois soumissions ont été revues par une équipe d’experts pour s’assurer qu'elles étaient conformes et qu’elles respectaient les exigences de la Ville d’Ottawa.

Le processus d’acquisition a été mené par le bureau d’avocats Norton Rose Fulbright, la firme de consultants Deloitte, le commissaire à l’équité Oliver Grant, des experts indépendants et le personnel de la Ville.

De son côté, SNC-Lavalin a affirmé à CBC ne pas savoir quelle note technique elle a obtenue dans l'évaluation du processus, mais que parce qu'elle a remporté l'appel d'offres, cela signifie que le pointage total [la] place en première place.

Il est possible que SNC-Lavalin ait reçu un pointage total supérieur à celui des deux autres soumissionnaires sans avoir obtenu la note technique requise de 70 %.

L'entreprise SNC-Lavalin, qui est au centre d’une controverse impliquant le gouvernement de Justin Trudeau, est aussi l’une des partenaires du consortium qui réalise en ce moment les travaux de la première phase de la ligne de train léger de la Confédération à Ottawa. La livraison de la ligne, prévue pour la fin juin 2019, a été repoussée trois fois jusqu’à maintenant.

Avec des informations de Joanne Chianello

Ottawa-Gatineau

Transport en commun