•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chauffeurs de taxi en grève générale lundi

Bouleversement au sein de l'industrie du taxi Photo: Radio-Canada / Jean-Simon Fabien
Radio-Canada

Les chauffeurs de taxi du Québec seront en grève générale dès lundi pour dénoncer le projet de loi du gouvernement Legault qui prévoit une forte déréglementation de l'industrie du taxi et une régularisation des activités d'Uber.

Les chauffeurs propriétaires du secteur de Sainte-Foy, à Québec, avaient d'abord décidé de déclencher une grève dès vendredi, mais ils ont décidé de suivre le mouvement provincial, qui a opté pour la journée de lundi.

« On offre nos excuses à la clientèle qui sera touchée. Les clients pourront contacter leur député provincial pour se plaindre. Le tort qu’ils subiront sera relativement petit comparativement aux vies brisées par le lobbyiste d’Uber », a affirmé par voie de communiqué Serge Lebreux, désigné porte-parole des chauffeurs de taxi en région.

La forme que prendra cette grève n'a pas encore été déterminée.

« Ça va être le chaos », a déclaré un chauffeur, questionné au terme d'une assemblée dans le secteur de Limoilou, jeudi en soirée.

« Je le savais, je me doutais que ce gouvernement-là, il ne nous aimait pas, mais là, j'ai la certitude », a ajouté un de ses confrères.

Les chauffeurs de taxi promettent des perturbations

Escalade en vue

Hamid Nadji, président des Regroupements des propriétaires de taxi de la capitale, croit que les chauffeurs sont prêts à se battre longtemps. Pour lui, pas de doute que la grève qui débutera lundi pourrait se poursuivre.

Il évoque également une « escalade de la perturbation ».

« Le ministre est en train de jouer avec le feu. Il ne connaît pas la complexité du dossier, ou il a été mal conseillé », soutient-il.

À savoir si Uber pourrait profiter d'un terrain de jeu laissé libre, il se dit « conscient » mais croit que la multinationale « n'a pas la capacité de couvrir le besoin territorial ».

M. Nadji croit que l'industrie ne sera pas satisfaite tant et aussi longtemps que le projet de loi « qui va détruire l’avenir de plusieurs familles » ne sera pas retiré.

Déréglementation

Mercredi, le ministre des Transports, François Bonnardel, a déposé un projet de loi qui ouvrirait grand la porte à la multinationale Uber et lui permettrait d'opérer partout au Québec.

Les véhicules n'auraient plus à être munis d'un permis de propriétaire de taxi pour transporter des personnes. Le gouvernement souhaite également l'abolition des différentes restrictions de territoires d'activité.

« On a l'impression que le gouvernement a pris cette décision-là parce que beaucoup de chauffeurs sont des immigrants, ils sont faibles, c'est facile de prendre cette décision sur leur dos. On va se défendre », a déclaré le directeur général de Taxi Coop, Martin Noël.

Des gestes de protestation pourraient être posés dès vendredi partout dans la province.

Une assemblée est prévue pour dimanche à Montréal. Les 8800 propriétaires de permis de taxi du Québec sont convoqués.

Avec les informations de Nicolas Vigneault

Québec

Transports