•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Regards du monde municipal sur le premier budget Girard

Le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, s'est prêté mercredi à la traditionnelle séance de photos, à la veille du dépôt de son premier budget.
Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a déposé son premier budget. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

Le président de la Société de chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, comme le maire de Gaspé, Daniel Côté, se réjouissent de constater que le gouvernement respecte son engagement de poursuivre ses investissements dans la rénovation du rail gaspésien.

La CAQ vient de reconfirmer son intention de ramener le train jusqu’à Gaspé, comme nous l’avaient dit le ministre des Transports et le premier ministre l’an passé. C’est une bonne nouvelle , commente M. Dubé.

Le premier budget du ministre des Finances, Eric Girard, prévoit une somme de 85 millions de dollars pour la restauration du chemin de fer qui appartient depuis 2015 au gouvernement du Québec.

On s’entend que même si cette somme n’était pas suffisante, il y a un engagement clair de la part du gouvernement de continuer d’investir pour rendre le rail à Gaspé d’ici 2022 , souligne le maire de Gaspé, Daniel Côté.

Cette année, un important chantier devrait se mettre en branle, soit celui de la réparation des deux ponts à Cascapédia-Saint-Jules.

Reste que sur le plan du transport, le grand gagnant du budget, c’est le réseau routier, relève le maire de Gaspé.

Économie

Daniel Côté voit par contre d’un bon œil l’augmentation du budget d’Investissement Québec de 1 milliard de dollars et la régionalisation, qui devrait être annoncée en avril prochain.

Intérieur de l'usine. Pale d'éolienne à l'avant plan.L'usine LM Windpower à Gaspé Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Il relève aussi les mesures pour faciliter le maintien en emploi des travailleurs âgés et du soutien qui sera accordé à l’intégration des travailleurs immigrants. On est sur la bonne voie au niveau de la main-d’œuvre. Est-ce que tout est gagné? Non! Mais il y a de belles avancées, mais comme région, on doit continuer de se démarquer ajoute le maire Côté. Ce dernier aurait aussi souhaité que Québec donne un coup de pouce à la construction de logements.

À Matane, où se déroulait cette semaine un salon de l’emploi, le maire Jérôme Landry souligne aussi l’effort du gouvernement Legault pour aider les entreprises à recruter de la main-d'œuvre et à la conserver. Il faut, dit-il, trouver une façon pour que nos aînés qui veulent travailler puissent le faire sans être pénalisés sur le plan fiscal. C’est une des solutions importantes.

Internet

La somme de 400 millions de dollars que prévoit investir en sept ans le gouvernement Legault est une bonne nouvelle pour la Matanie, où le branchement à la téléphonie cellulaire est déficient à plusieurs endroits. C’est un dossier qui traîne depuis longtemps. C’est devenu une nécessité , commente le maire Landry.

Même si, de l’avis de Daniel Côté, la Gaspésie est relativement bien branchée à Internet et qu’il ne reste pas beaucoup d’endroits sans téléphonie cellulaire, ces nouveaux investissements sont les bienvenus. Pour couvrir justement les quelques secteurs qui ne sont pas bien desservis, précise M. Côté.

Érosion côtière

Enfin, comme plusieurs élus de la région, Daniel Côté et Jérôme Landry participaient jeudi au Sommet de l’Union des municipalités du Québec sur la résilience climatique qui s’est déroulé à Gatineau. La rencontre a attiré 250 personnes, principalement issues du monde municipal.

La somme de 2,2 millions de dollars consacrée à l’érosion côtière et aux inondations déçoit donc beaucoup. Ça demeure timide comme investissement, note Daniel Côté, les sommes sont loin d’être suffisantes pour couvrir tous les besoins qu'il peut y avoir à ce niveau-là, mais on doit continuer de marteler le message.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, qui était panelliste au Sommet de l’UMQ rappelle que 19 résidences devront être démolies cette année à Matane-sur-Mer en raison de problèmes d’immersion et d’érosion.C’est sûr qu’il va falloir faire des efforts beaucoup plus importants. Les coûts sont déjà très élevés et il faut vraiment entreprendre des solutions maintenant. On le vit déjà, ajoute M. Landry.

La mer a emporté une partie de la chaussée à plusieurs endroitsEN 2016, la mer avait emporté une partie de la chaussée à plusieurs endroits en Haute-Gaspésie Photo : Transport Québec

Le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, souhaitait lui aussi que Québec investisse dans une meilleure surveillance des infrastructures en zone côtière. De même, il aurait espéré des sommes pour assurer la protection de la route 132 de façon durable. On a vu l’ensemble des dommages qui ont été causés sur le territoire de la Haute-Gaspésie, particulièrement dans le secteur de La Martre et de Marsoui. Quand on voit l’ensemble des ouvrages à réaliser, ce n’est pas suffisant, malheureusement.

Comme beaucoup de maires, ceux de Gaspé et de Matane auraient aussi aimé que le gouvernement remplisse dès son premier budget sa promesse de transférer un point de la taxe de vente du Québec (TVQ) aux municipalités. La marge de manœuvre est là, dans le budget, commente le maire Daniel Côté. Les maires entendent bien faire valoir leurs intérêts lors de la négociation du prochain pacte fiscal, prévu en 2020.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique provinciale