•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour des ruelles plus vertes et plus accessibles à Windsor

Une ruelle, des mauvaises herbes, un bâtiment en briques

Une des nombreuses ruelles dans la Ville de Windsor.

Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

Radio-Canada

L'organisme Centraide propose des solutions pour améliorer et embellir les ruelles de Windsor pour les rendre plus attrayantes et sécuritaires pour les résidents.

C'est à la demande de plusieurs partenaires communautaires que Centraide étudie depuis un an des façons d'adapter les ruelles de la municipalité.

L'organisme a publié jeudi son rapport à cet effet intitulé Revitalisation des ruelles : outil clé dans le développement communautaire de la ville de Windsor.

Le document propose à la Ville de repenser les 150 kilomètres de ruelles de la Ville en les transformant tantôt en pistes cyclables, tantôt en espaces commerciaux.

Certains espaces pourraient aussi être transformés en parcs et en jardins communautaires qui seraient éclairés la nuit.

La carte de Windsor, on y voit les allées de la ville dessinées.

En tout, 150 kilomètres de ruelles parcourent la Ville de Windsor, et environ la moitié d'entres elles sont pavées.

Photo : Centraide

Revitaliser ou fermer

Centraide préconise également la fermeture complète de certaines ruelles afin d’éviter que des gens s’y installent et y laissent des seringues usagées.

Les résidents soutiennent que le manque de lumière contribue à un sentiment d’insécurité dans les allées, et cette impression de négligence est exacerbée par la présence de drogues et de déchets, mentionne le rapport rédigé par Frazier Fathers.

Selon l'auteur, la Ville de Windsor devra aussi fermer certaines ruelles parce que l'entretien de ces endroits coûte cher.

Il coûterait beaucoup moins cher à la Ville de convertir ces allées en extension de cours arrière qui peuvent être taxées par la suite, dit-il

Il faut placer les ruelles revitalisées dans des endroits stratégiques et fermer les autres.

Frasier Fathers, directeur de l'amélioration continue pour Centraide à Windsor

Selon lui, l’histoire de Windsor et sa planification rectangulaire fait en sorte qu’on a continué à bâtir des ruelles jusque dans les années 1960.

Les poubelles étaient encore mises dans les allées, et les livreurs utilisaient les ruelles dans ces années, dit-il. L'utilité de ces allées non entretenues est toutefois quasi existante à ce jour, selon M. Frazier.

Une ruelle verte de Montréal

Une ruelle verte de Montréal

Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

S'inspirer de ce qui se fait ailleurs

L’étude cite plusieurs initiatives mises en place dans d'autres villes en Amérique du Nord pour remédier aux problèmes liés aux allées dans leurs communautés. Parmi elles, Chicago, Vancouver, Québec, Montréal et Winnipeg.

Nous avons fait de la recherche sur les ruelles, sur ce qu’il se passe à Windsor et sur les meilleures pratiques d’utilisation des allées que nous pouvons aller emprunter aux autres villes en Amérique du Nord.

Frazier Fathers, directeur de l'amélioration continue pour Centraide à Windsor

À Chicago, par exemple, des terrasses de restaurant ont été ouvertes dans les ruelles, explique M. Fathers. À Winnipeg, ce sont des marchés fermiers qui se tiennent dans ces petites rues.

M. Fathers mentionne que Centraide a envoyé le rapport à la Ville il y a quelques semaines afin que le maire et les conseillers puissent étudier la question avant la population.

À ce jour, dit-il, deux conseillers municipaux ont répondu au rapport, Rino Bortolin et Fabio Costante, tous deux favorables aux propositions amenées par l’organisme.

M. Bortolin n’était pas disponible jeudi pour commenter le rapport qui sera présenté au conseil municipal lors des réunions du budget annuel en avril.

Des poubelles, une allée et des mauvaises herbes

Une des nombreuses ruelles présentes dans la Ville de Windsor.

Photo : Radio-Canada / Floriane Bonneville

Des plaintes qui coûtent cher

Selon les données récoltées par le service des plaintes 311 de Windsor, 281 demandes de réfection d’une ruelle ont été faites en 2018.

Le rapport de Centraide soutient que le maintien de la paix et de la sécurité dans certaines allées coûte très cher à la ville, et que fermer et revitaliser des allées débarrassait la municipalité de ces frais.

Dans son budget de 2018, le maire Drew Dilkens et ses conseillers de l’époque ont approuvé du financement pour la réparation de ruelles, passant d’un montant de 100 000 dollars à 1,1 million de dollars par année. De plus, 250 000$ seront ajoutés en 2023.

De manière immédiate, le conseil a de plus approuvé l’allocation de 250 000 dollars en 2018 pour assurer la sécurité de certaines ruelles.

Windsor

Urbanisme