•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Eau vive se sent exclue du programme de soutien au journalisme canadien

Marie-France Kenny se tient debout les bras croisés.

Marie-France Kenny dit être très déçue d'apprendre que l'Eau vive n'aura pas accès à une nouvelle mesure fédérale pour les journaux.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour la présidente de la Coopérative des publications fransaskoises Maire-France Kenny, les critères proposés dans le budget fédéral concernant le soutien au journalisme canadien ne tiennent pas compte de la réalité des journaux communautaires francophones en situation minoritaire.

« Je suis tellement déçue », s’exclame Marie-France Kenny.

La déception est d’autant plus grande puisque le gouvernement fédéral avait annoncé en novembre 2018 de nouvelles mesures fiscales de soutien au journalisme, sans préciser les critères. Ces mesures étaient réclamées depuis longtemps par ce secteur et l'annonce avait été accueillie avec enthousiasme.

Mais, le budget déposé mardi à Ottawa présente une mesure plus restrictive. Il est indiqué que les organisations journalistiques canadiennes admissibles aux crédits d'impôt pour la main-d'oeuvre doivent régulièrement employer au moins deux journalistes qui n’ont aucun lien de dépendance avec l’organisation pour produire son contenu.

« On a de la misère à trouver un [journaliste]. En plus, on n’a pas les moyens d’en avoir deux, parce qu’on n’a plus de publicités du gouvernement fédéral depuis 10 ans, » fait remarquer Marie-France Kenny.

Un autre critère décrit dans le budget fédéral  2019 concerne les journaux qui reçoivent un appui financier du Fonds du Canada pour les périodiques durant une année. Ces journaux n’auraient pas droit à ce nouveau crédit d’impôt remboursable de 25% sur les salaires et traitements versés aux employés de salle de presse admissibles.

« Mais l’argent qu’on reçoit du Fonds pour les périodiques est minime. On est finalement complètement exclu », se désole la présidente de la Coopérative des publications fransaskoises, l'entité qui gère l'Eau vive.

Renconter le ministre

Marie-France Kenny estime que ces mesures ne tiennent pas compte des minorités linguistiques comme le demande la Loi sur les langues officielles. Elle indique avoir fait une demande pour rencontrer le ministre du Patrimoine canadien, Pablo Rodriguez, afin d'en discuter.

L’Association de la presse francophone (APF) a aussi exprimé sa déception par rapport à ces critères fixés dans le budget.

« Les mesures annoncées dans le budget Morneau ne tiennent aucunement compte des réalités et des besoins criants des plus petits journaux en situation minoritaire », a déclaré Francis Sonier, le président de l'APF, dans un communiqué.

L’APF demande aussi une rencontre avec le ministre responsable pour faire avancer le dossier.

Avec les informations de Charles Lalande

Saskatchewan

Médias