•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homme happé à mort sur Dufferin-Montmorency : un accusé coupable

Le piéton a été happé mortellement près du pont de l'île d'Orléans.
Le piéton a été happé mortellement près du pont de l'île d'Orléans. Photo: Radio-Canada / Cimon Leblanc
Radio-Canada

Le brouillard se dissipe un peu sur les circonstances entourant la mort d'un homme happé mortellement par une voiture sur l'autoroute Dufferin-Montmorency, après y avoir été abandonné en décembre 2018.

Frank Angove-Caron a plaidé coupable à une accusation d'homicide involontaire pour son implication dans la mort de Steven Herbst, 27 ans.

Angove-Caron, âgé de 25 ans, a été condamné à 44 mois de détention.

Le 17 décembre dernier, il a fait partie d'une expédition visant à questionner la victime concernant un vol de drogue. Selon son récit, il était passager à l'arrière d'un véhicule alors que la victime était assise au centre.

Le conducteur a immobilisé la voiture en bordure de l'autoroute et une dispute a éclaté, vers 23 h 30.

« Je ne pensais pas que ça allait mal virer », a déclaré Angove-Caron après avoir plaidé coupable.

Il a aperçu du sang dans le véhicule et il est sorti de la voiture, suivi de la victime qu'il a aspergée de poivre de cayenne avant de le laisser sur place.

Les caméras de surveillance du ministère des Transports montrent Steven Herbst désorienté et confus. Une quinzaine de minutes après avoir été abandonné sur place, il titubait jusqu'au milieu de l'autoroute.

Il a alors été happé par une voiture qui circule à 110 km/h, conduite par « un monsieur qui n'a rien à se reprocher et qui revenait de faire du bénévolat », a souligné le procureur de la poursuite, Me Jean-Philippe Robitaille.

Affaire nébuleuse

Les policiers ont joué de chance pour éclaircir cette affaire.

Vers 23 h, ils avaient contrôlé par hasard les passagers de la voiture dans laquelle Angove-Caron et Herbst prenaient place.

Ils ont pu interpeller par la suite le conducteur et les autres passagers qui ont indiqué que Frank Angove-Caron avait donné des coups de couteau à la victime.

Angove-Caron a nié avoir porté les coups de couteau et l'autopsie tend à démontrer que les coups provenaient effectivement de l'avant du véhicule. La police poursuit son enquête.

Parents défaits

Les parents de Steven Herbst ont témoigné de leur douleur depuis la mort de leur fils dont ils connaissaient les problèmes de consommation de drogue.

Son père a raconté avec émotion comment ils ont multiplié les efforts pour l'aider à s'en sortir.

« Je n'arriverai jamais à pardonner », a soufflé Michael Herbst, disant avoir encore de la misère à croire qu'il avait perdu son fils unique.

La mère de la victime a lu une lettre devant le tribunal avant que Frank Angove-Caron prenne le chemin de la prison.

« La fin tragique de mon fils me hante », a témoigné en pleurs Linda Martel.

« Le décès a été causé par une multitude de facteurs », a exposé à la Cour Me Robitaille.

Le procureur de la poursuite a suggéré, avec l'avocat de la défense Marc Delisle, d'imposer une peine de 44 mois à Angove-Caron, ce que la juge a accepté.

Québec

Procès et poursuites