•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget provincial : réactions mitigées en Estrie

Une manifestation se tient à Sherbrooke pour réclamer davantage de logements sociaux.

Une manifestation se tient à Sherbrooke pour réclamer davantage de logements sociaux.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le budget Girard était attendu avec impatience en Estrie. Ce premier budget de la Coalition avenir Québec (CAQ), déposé jeudi après-midi (Nouvelle fenêtre), propose certaines mesures qui ont été bien accueillies, mais il cause également plusieurs déceptions.

Plusieurs représentants d'organismes réunis à la Capsule pour regarder le budget se disent globalement « déçus » des mesures annoncées par le ministre Girard. S'ils saluent les annonces concernant l'aide sociale, la déception était palpable en ce qui concerne l'éducation. Selon eux, la CAQ ne propose pas assez d'investissement dans l'enseignement supérieur et rien pour contrer la pénurie de personnel. On a un gouvernement qui a mis beaucoup d'argent sur la table, souligne Steve McKay, porte-parole du syndicat des enseignants du Cégep de Sherbrooke, mais c'est de l'argent qui a été mis dans le béton comme ça a été mentionné par certains et qui ne va pas nécessairement aider à donner des conditions de travail adéquates aux gens qui sont dans ces institutions-là.

C'est plutôt le secteur de l'éducation préscolaire, primaire et secondaire qui ramasse une part de lion. Québec promet 92 millions de dollars de plus pour les services spécialisés et le soutien aux élèves et 36 millions de dollars pour 250 nouvelles classes de maternelle 4 ans. Présentement, la mesure qui nous semble la plus intéressante, c'est le 92 millions de dollars pour les classes régulières, pour l'amélioration des services spécialisés pour les élèves dans les classes régulières, soutien Richard Bergevin du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie. Cela est une mesure qui nous semble intéressante, surtout si cela vient avec des classes spécialisées et avec l'amélioration des services pour les élèves qui sont dans des classes régulières et suivent les cours réguliers.

Le Regroupement des centres de la petite enfance des Cantons-de-l'Est se dit également satisfait de la mesure entourant les maternelles 4 ans, qui limite le nombre de classes, de même que de la modulation des tarifs en CPE, qui doivent revenir au tarif unique en 2022.

Différents représentants d'organismes de l'Estrie assistent au dévoilement du budget.

Différents représentants d'organismes de l'Estrie assistent au dévoilement du budget.

Photo : Radio-Canada

Les aînés, les grands gagnants?

Même si on estime que les aînés sont les grands gagnants de ce budget, les mesures touchant cette tranche de la population reçoivent un accueil tiède de la part de l'Association québécoise de défense des droits des retraités. Le budget Girard annonce davantage de personnel soignant, de personnel de soutien à domicile et de lits en CHSLD. Toutefois, rien n'est proposé concernant les maisons privées pour aînés. L'Association demande comment ces annonces budgétaires vont réussir à compenser les coupes réalisées au cours des dernières années.

On se demande comment cela va venir récupérer, déjà qu'il y avait des besoins grandissants avant l'austérité, explique la porte-parole Isabelle Guérard. Comment cela va venir soulager le réseau. On se questionne avec les maisons des aînés. Il y a déjà des CHSLD existants, si on faisait la rénovation, si on investissait de façon majeure. C'est bien beau l'argent annoncé pour les proches aidants, pour les maisons de répit, mais qu'en est-il des autres proches aidants?

Isabelle Guérard souligne toutefois que le crédit d'impôt pour la prolongation de carrière, permettant aux travailleurs âgés de 60 ans et plus d'être avantagés au plan fiscal, reste un point intéressant, même s'il n'y a rien pour les aînés en situation de pauvreté dont la santé ne leur permet pas de continuer à travailler.

Le président de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Claude Denis, applaudit également cette mesure visant à contrer la pénurie de main-d'oeuvre, tout comme celle visant à favoriser l'intégration des immigrants. Il aurait tout de même voulu plus d'avantages pour les entreprises, que ce soit sur la masse salariale ou pour appuyer l'amélioration des infrastructures.

Là où j'aurais souhaité qu'il y ait quelque chose de bien, diminuer la taxe sur la masse salariale, ça aurait fait du bien. Il n'y a pas de diminution de taxes ni d'impôt, avec un surplus, on aurait peut-être pu l'espérer, mais on ne l'a pas eu, ajoute M. Denis.

Autres acteurs satisfaits : les environnementalistes. La lutte aux changements climatiques a trouvé écho auprès du gouvernement Legault, qui annonce des mesures évaluées à 400 millions de dollars. Le crédit d'impôt pour l'achat de véhicules électriques est maintenu et il y aura également des investissements pour le transport collectif. On a constaté des objectifs qui rejoignent des demandes qui avaient été faites du secteur de l'environnement, souligne Jacinthe Caron, du Conseil régional en environnement. Il y a quand même une augmentation qui est notable. J'espère que c'est un message qui a été entendu. Il y a aussi peut-être de quelles manières cela va se traduire, on parle beaucoup de Montréal et Québec, mais comment cela va se traduire du côté des régions.

L'Association des locataires de Sherbrooke : le grand mécontent

L'Associaton des locataires de Sherbrooke se dit pour sa part amèrement déçue des mesures annoncées par le gouvernement caquiste. Le regroupement s'était réuni avant le dépôt du budget devant l'hôtel de ville de Sherbrooke pour réclamer 50 000 logements sociaux sur une période de cinq ans. Les attentes étaient grandes, d'autant plus que le budget fédéral déposé en début de semaine ne contenait aucune mesure à ce sujet.

Lors de la campagne électorale, François Legault avait promis de construire 14 000 logements sociaux. La promesse a toutefois été révisée à la baisse, soit 10 000 unités sur sept ans.

On parle de 1500 par année. Ça ne répondra même pas au minimum des minimums. L'Association est vraiment en colère quand un gouvernement se présente avec des promesses qu'il ne respecte pas et qu'il échelonne cela sur sept ans!

Normand Couture, de l'Association des locataires de Sherbrooke

Peu de mesures fiscales intéressantes

La fiscaliste Sarah Phaneuf confirme que ce budget s'adresse d'abord et avant tout aux aînés. Si le gouvernement a été généreux de façon générale, peu de mesures fiscales ont été annoncées. Il y a aussi très peu de choses pour la famille. Mis à part le retour au tarif unique dans quatre ans, rien de nouveau n'a été annoncé concernant les allocations familiales.

Le fardeau fiscal n'a pas été diminué.

Sarah Phaneuf, fiscaliste

Elle souligne toutefois qu'il n'est pas surprenant que le budget Girard soit avare envers les entreprises, puisque de nombreuses mesures avaient été annoncées lors du dernier énoncé économique, en décembre dernier.

Les principales mesures en Estrie

  • Comme prévu, le gouvernement Legault va de l’avant avec l’harmonisation graduelle des taxes scolaires au Québec dès cette année. Dans cinq ans, la réduction atteindra 194 $ pour une résidence de 270 000 $ en Estrie. Les commissions scolaires ne subiront pas l’impact de cette baisse puisque le gouvernement ajustera les subventions en conséquence.
  • La Commission scolaire de la région de Sherbrooke a réussi à faire sa place dans les documents budgétaires grâce au Centre de formation professionnelle 24 juin. L’ajout d’espace figure maintenant au Plan d’infrastructures québécoises (PQI).
  • Le budget Girard prévoit la création d’un des deux nouveaux centres d’accès aux données de recherche de l’Institut de la statistique du Québec (CADRISQ) à Sherbrooke dès 2019-2020. L’autre sera ouvert à Montréal, portant à cinq le nombre total de ces centres.
  • Dans le domaine de l’intelligence artificielle, Québec veut soutenir les chercheurs en octroyant du financement aux chaires de recherche affiliées à l’Université de Sherbrooke pour qu’elles continuent d’attirer les meilleurs chercheurs au monde tout en favorisant la recherche appliquée.

Estrie

Économie