•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entretiens express au salon de l’emploi du CDEM

Un recruteur et un candidat en entrevue au salon.
Les employeurs comme les candidats n'ont que 10 minutes pour faire connaissance. Photo: Radio-Canada / Daniel Gagné
Radio-Canada

Près de 80 chercheurs d'emplois ont enchaîné une série d'entretiens de 10 minutes avec des employeurs sur place, jeudi, au quatrième salon d'emploi du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), à la cathédrale de Saint-Boniface, à Winnipeg.

Avec 16 employeurs présents, les candidats avaient cette année une centaine de postes disponibles auxquels postuler.

« C’est un salon qui aide les employeurs qui cherchent de la main-d’œuvre bilingue à rencontrer des employés qualifiés bilingues », souligne la responsable du service d'employabilité au CDEM, Salimata Soro.

Comme les entretiens durent seulement 10 minutes, elle avoue qu’il faut savoir être efficace.

« On a 10 minutes très importantes. Il faut savoir se vendre », explique Tiaheua Nadege Tuo, qui participe pour la deuxième fois au salon en tant que chercheuse d’emploi.

« Ce ne sont pas des entrevues entières. Je sais que, normalement, ça prend plutôt 30 ou 45 minutes pour savoir si oui ou non on veut embaucher une personne », ajoute Salimata Soro. Toutefois, cela permet d'ouvrir la porte à un second rendez-vous plus complet.

L’organisme offre aux candidats une formation préalable pour se préparer à l'exercice particulier qui les attend.

« Ils nous ont envoyé leur CV et on les a corrigés. On s’assure qu’ils reflètent vraiment leurs qualifications. Ensuite, on leur apprend comment faire une entrevue vitesse. On leur apprend comment répondre de façon efficace », explique Salimata Soro.

Tiaheua Nadege Tuo affirme que cela l’a beaucoup aidée, notamment après son arrivée au Canada, l’an dernier. « Chaque pays a ses critères. Ça nous a permis de voir comment ça fonctionne ici », souligne-t-elle.

Pour des recruteurs comme Victoria Karras, de Skip The Dishes, « la formation préalable est une bonne chose ».

Quand quelqu’un est préparé, ça nous fait gagner du temps.

Victoria Karras, recruteuse à Skip The Dishes

Le CDEM s’occupe de diriger les candidats vers les employeurs qui correspondent à leurs attentes et pour lesquels ils correspondent au profil attendu.

Le président de l’entreprise de traduction Parenty-Reitmeier, Jean-Pierre Parenty, apprécie ce tri : « C’est la première fois qu’on participe et on est très intéressé de voir si ça va porter ses fruits. On cherche quatre postes dans l’immédiat. Si on pouvait en combler un aujourd’hui, ça nous ferait beaucoup de bien. »

Selon Salimata Soto, sur 80 personnes qui ont participé au salon l’an dernier, 40 ont trouvé un emploi à la suite de leur première entrevue express. Elle ajoute que ces personnes sont encore en poste un an après.

Avec des informations de Laïssa Pamou

Manitoba

Emploi