•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un traitement prometteur contre le cancer de la vessie développé à Québec

Une cellule dendritique
Une cellule dendritique Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Une équipe du CHU de Québec pourra poursuivre le développement d'un traitement d'immunothérapie qui a déjà fait ses preuves contre le cancer de la vessie.

La subvention de 1,2 million de dollars provient du Consortium québécois pour le développement du médicament.

Grâce à ces fonds, l’équipe du Dr Yves Fradet, du CHU de Québec, qui travaille en collaboration avec la compagnie IMV, passera à une autre étape des tests. Un pas de plus vers l’utilisation expérimentale du traitement et éventuellement son recours de manière plus répandue.

Le traitement consiste à isoler une protéine, appelée peptide immunogénique, qui est dégagée par une cellule cancéreuse. On utilise ensuite cette protéine pour stimuler le système immunitaire d’une personne atteinte.

« C’est grâce à ça que les cellules immunitaires vont être activées contre [les cellules cancéreuses] qui produisent ces [protéines] », explique le Dr Serge Rivest, directeur du Centre de recherche du CHU de Québec.

L’immunothérapie du cancer, c’est vraiment la nouveauté en science, présentement. Et c’est vraiment cet aspect-là qui va être développé dans le cadre de ce projet.

Dr Serge Rivest, directeur du Centre de recherche du CHU de Québec

Le système immunitaire peut ainsi s’attaquer directement à une tumeur, permettant une attaque beaucoup plus ciblée que les traitements traditionnels que sont les chimiothérapie et la radiothérapie.

« On pousse la machinerie immunitaire à s’attaquer à ce qui fait défaut », ajoute M. Rivest. « En utilisant cette approche, on pense qu’on va sauver des patients. »

La prochaine étape de l’équipe du Dr Fradet sera de valider l’efficacité des peptides. « Et par la suite de voir si on est capable de traiter des patients qui sont en phase beaucoup plus avancée de la maladie. »

Le traitement est utilisé par certains groupes mondiaux de médecin « mais de façon très expérimentale. »

Québec

Cancer