•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’A-20 ne fait toujours pas partie des priorités de Québec dans son budget

Pancarte 132 et autoroute 20
L'autoroute 20 n'est toujours pas réintégrée au Plan québécois des infrastructures. (Archives) Photo: Radio-Canada / Patrick Bergeron
Julie Tremblay

Même si le premier ministre Legault avait déclaré, pendant la campagne électorale, qu'il« fal[lait] enfin faire » le prolongement de l'autoroute 20, son gouvernement n'a toujours pas remis le projet dans le Programme québécois des infrastructures (PQI).

Le projet, absent des priorités gouvernementales depuis 2015, devra encore attendre.

Ce projet n’était pas dans nos engagements comme tel. Oui, j’ai été interpellé par les députés du PQ. Je leur ai dit qu’à court terme, ça n’allait pas apparaître au PQI parce qu’on a à prioriser d’autres projets.

François Bonnardel, ministre des Transports

Le député de Rimouski, Harold Lebel, affirme qu'il ne comprend pas cette décision du gouvernement et déplore que le premier ministre Legault n'ait pas tenu ses promesses.

François Legault était très clair, il disait qu'il fallait que ça se fasse rapidement. [...] Tant qu'il est pas au PQI, il n'y a rien qui se fait et on est dans le vide et c'est très très très décevant, affirme le député Lebel.

Le député Harold Lebel regarde directement dans l'objectif pour répondre aux questions d'une journaliste.Le député de Rimouski Harold Lebel (Archives) Photo : Radio-Canada

Jonathan Laterreur, de la Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette, est lui aussi déçu et compte pousuivre ses démarches pour convaincre le gouvernement d'aller de l'avant.

On s'entend, il est tard, ça fait plus de 30 ans là, ça devient ridicule.

Jonathan Laterreur, cordonnateur pour la concertation et les actions locales de la Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette

Le Bas-Saint-Laurent est d’ailleurs peu choyé dans le premier budget du gouvernement Legault. On n’en fait presque pas mention dans les documents budgétaires, et peu de mesures concernent directement la région.

Québec a cependant annoncé 75 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir les universités en région, un programme dont pourrait bénéficier l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Un navire à quai dans un port.Difficile de savoir ce qu'il advient de la stratégie maritime dans le premier budget du gouvernement Legault. (Archives) Photo : Reuters / China Daily CDIC

Le maritime peu présent

Le Fonds bleu, créé l’an dernier, bénéficiera cette année de 2,9 millions de dollars au lieu des 5 millions annoncés par le gouvernement précédent.

Selon les fonctionnaires du ministère des Finances, cela ne représente cependant pas une baisse des sommes consenties dans ce programme, puisque les 10 millions de dollars prévus sur deux ans seront dépensés comme prévu.

Les documents budgétaires ne font pas mention de la Stratégie maritime ou des pôles d'innovation. On nous assure cependant que les sommes autrefois octroyées au Secrétariat des affaires maritimes ont été transférées au ministère des Transports.

Baisse de la taxe scolaire
L’instauration d’un taux unique de taxe scolaire a été officialisée dans le premier budget Legault. Au Bas-Saint-Laurent, cela représente une baisse de 382 $ pour une résidence de 270 000 $.

Internet pour tous

Finalement, le gouvernement Legault confirme ses promesses électorales en investissant 400 millions de dollars sur sept ans pour assurer l’accès à internet haute vitesse et au réseau cellulaire dans les régions du Québec.


Une maigre somme de 2,2 millions de dollars sur trois ans est également consentie pour aider les municipalités à faire face à des événements climatiques extrêmes comme l’érosion côtière et les inondations.

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures