•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boire du thé très chaud augmente les risques de contracter un cancer de l’œsophage

Des tasses de thé
Boire du thé très chaud augmenterait le risque de contracter un cancer. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Boire du thé très chaud augmente de 90 % le risque de carcinome épidermoïde œsophagien, l'un des deux principaux types de cancer de l'œsophage, conclut une nouvelle étude, publiée dans l'International Journal of Cancer.

« Nos résultats renforcent considérablement les preuves existantes qui appuient l’idée d'une association entre la consommation de boissons chaudes et le carcinome épidermoïde œsophagien (ESCC) », a indiqué le Dr Farhad Islami, chercheur à l'Université des sciences médicales de Téhéran et à la Société américaine du cancer.

Pour arriver à leurs résultats, les chercheurs ont suivi 50 045 Iraniens de 40 à 75 ans pendant une période médiane de 10 ans.

Au début de l’étude, on a mesuré la température à laquelle ces personnes préféraient boire du thé. Elles ont été aussi interrogées sur leurs habitudes de consommation de la boisson.

Dix ans plus tard, les chercheurs ont vérifié combien de ces personnes avaient développé un cancer de l'œsophage, et si leurs habitudes de consommation de thé avaient changé.

Les scientifiques ont pu identifier 317 cas de cancer de l’œsophage chez les personnes suivies.

En étudiant les données obtenues, ils en sont ainsi arrivés à la conclusion que comparées aux personnes qui buvaient moins de 700 ml de thé par jour à moins de 60 °C, celles qui buvaient plus de 700 ml de thé par jour à une température de plus de 60 °C avaient 90 % plus de chance de contracter un cancer de l’œsophage.

Un bailleur de fonds remet l’étude en contexte

Ces chiffres sont cependant remis en contexte par la Cancer Research UK, l’équivalent de la Société canadienne du cancer au Royaume-Uni, qui souligne qu’elle a financé l’étude en partie.

Pour remettre les pendules à l’heure, Cancer Research UK souligne d’abord que 60 °C c’« est probablement beaucoup plus chaud que la plupart des tasses de thé ».

Elle indique aussi que le risque de cancer de l'œsophage d'une personne peut dépendre de nombreux facteurs « et l'étude n'a pas tenu compte de tous ces facteurs ».

« Les chercheurs ont cherché à savoir si les gens avaient déjà fumé ou s'ils fumaient actuellement, mais pas combien de personnes avaient fumé, ni depuis combien de temps. Ils n'ont pas non plus examiné en détail leurs habitudes alimentaires, ce qui peut également affecter le risque de cancer de l'œsophage », écrit l’organisation sur son blogue.

Elle affirme aussi qu’il faut porter attention à l’endroit où s’est tenue cette investigation. « Dans la partie de l'Iran où cette étude a eu lieu, les taux de cancer de l'œsophage sont élevés, de sorte que quelque chose qui augmente ce risque, même un peu, aura un impact plus important », dit la Cancer Research UK.

L'organisation souligne cependant que certaines études menées dans d'autres pays où l'on boit traditionnellement des boissons très chaudes, comme la Chine, la Turquie et l'Amérique du Sud, ont trouvé un lien similaire avec les conclusions de cette dernière étude.

Santé

Science