•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier budget du gouvernement Legault accueilli tièdement en Outaouais

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, dépose son premier budget.
Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, dépose son premier budget. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Angie Bonenfant

Plusieurs promesses électorales de la Coalition avenir Québec (CAQ) pour l'Outaouais figurent seulement en tant que projets « à l'étude » dans le premier budget du gouvernement Legault, qui a été accueilli tièdement dans la région.

L'engagement de la Coalition avenir Québec (CAQ) de construire un nouvel hôpital en Outaouais d'ici cinq ans fait partie de ces projets « à l'étude » qui ne sont pas chiffrés. Hormis cette proposition, le document déposé jeudi n'offre pas plus de détails sur la nouvelle offre de services hospitaliers en Outaouais.

La porte-parole d'Équité Outaouais en matière de santé, Lyne Plante, a d'ailleurs déploré le manque d'engagement concret à ce sujet dans le budget.

Est-ce qu'il y aura des sommes spécifiques pour l'hôpital? Est-ce que ça va être réalisable? On ne le sait pas encore.

Lyne Plante, porte-parole d'Équité Outaouais, Santé

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, voit la chose d'un autre oeil. Même si c'est [seulement] écrit ''à l'étude'', il y a des réinvestissements importants donc, à un moment donné, il va y avoir de l'argent de disponible, a-t-il affirmé. On fait une référence à une nouvelle offre hospitalière. Les gens de l'Outaouais ont besoin de ça. Ça fait longtemps qu'on le demande, alors pour moi c'est intéressant.

Je trouve ça positif.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

En campagne électorale, le chef de la CAQ, François Legault, avait promis que ce nouvel hôpital accueillerait ses premiers patients en 2023 et compterait 170 lits. M. Legault avait aussi assuré qu'un éventuel gouvernement caquiste allait immédiatement lancer le processus pour la construction du nouveau centre hospitalier.

La photo prise d'un viaduc montre les deux directions de l'autoroute (est et ouest) et les bretelles de sortie et d'accès.L'autoroute 50 à la hauteur de Thurso, en Outaouais. Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Autoroute 50 et train léger

François Legault avait également promis l'élargissement de l'autoroute 50 à quatre voies, sur toute sa longueur, le plus rapidement possible et il s'était également montré « très favorable au projet » d'un train léger sur rail dans l'ouest de la ville de Gatineau.

Dans le dossier de l'autoroute 50, la CAQ avait déjà prévenu, la semaine dernière, qu'aucun financement ne serait annoncé dans le budget parce que la planification du projet n'était pas assez avancée.

C'est donc sans grande surprise qu'il est écrit dans le budget que l'amélioration de l'autoroute 50 entre Gatineau et Mirabel demeure à l'étape des projets à l'étude.

Dans un échange avec les journalistes affectés à la couverture du budget, le ministre des Transports, François Bonnardel, a fourni quelques précisions au sujet de cette étude.

On va cibler deux secteurs spécifiques de l'autoroute 50 : Buckingham et celui de Mirabel-Lachute, a-t-il déclaré. Pour le reste, on met la réalisation de l'autoroute, l'élargissement de l'A-50, sécuriser l'A-50, dans le [Plan québécois des infrastructures], à l'étude.

Le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, est amèrement déçu. Il aurait aimé une annonce plus concrète.

C'est vraiment une déception pour la région.

Benoît Lauzon, le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau

« On nous dit que [l'élargissement de l'autoroute 50] est au PQI, mais ça ne fait pas avancer un dossier d'être inscrit là », a-t-il lancé en entrevue avec Radio-Canada.

« [Si le budget contenait] une ligne qui démontre la volonté du gouvernement d'aller de [l'avant] rapidement avec l'autoroute 50, je pense que ça aurait été encourageant », a-t-il ajouté.

Le train circule sur un des deux côté de la voie routière.Une esquisse représentant un train circulant le long du chemin d'Aylmer, à Gatineau. Photo : Société de transport de l'Outaouais

Le train léger sur rail dans l'ouest de la Gatineau est également un autre projet classé dans la catégorie « à l'étude ». L'implantation d'un nouveau système de transport collectif dans le sud-ouest de Gatineau demeure à l'étape des projets à l'étude, est-il annoncé.

Questionné sur ce sujet, le ministre des Transports a tracé un parallèle avec le financement du tramway à Québec. Il a invité Ottawa à mettre fin à l'imbroglio concernant l'utilisation des fonds fédéraux, notamment la bonification de 500 millions de dollars du fonds de la taxe sur l'essence destiné aux municipalités.

Si on parle de Québec, si on parle de Gatineau, dans l'entente bilatérale intégrée, il y a à peine 200 millions de dollars ou à peu près dédiée au futur réseau de train léger de la Ville de Gatineau. Donc, oui, on devra encore une fois faire une gymnastique financière pour être capable de boucler ce budget quand ils auront remis leur rapport spécifique en fin d'année, cette année, a-t-il lancé.

Le maire de Gatineau se réjouit que le projet de train soit inscrit dans le Plan québécois des infrastructures, mais aurait souhaité une garantie de financement.

Ça, c'est dans la catégorie déception.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

J'aurais aimé qu'il y ait plus d'argent pour le transport en commun en général, a-t-il déclaré. Comme ça quand notre projet aura fini d'être étudié, il y aura de l'argent disponible, alors que là, il reste de l'incertitude.

Par ailleurs, la prolongation du Rapibus du boulevard Lorrain à l'aéroport de Gatineau, dans le secteur est de la ville, demeure à l'étape des projets en planification.

L'Université du Québec en Outaouais l'hiver.L’Université du Québec en Outaouais (UQO). Photo : Radio-Canada / Jérémie Bergeron

Éducation

Le ministre de la Famille et ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, avait promis pour sa part de bonifier l'offre de programmes à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Rien de tout cela ne transparaît dans le budget 2019, au grand déplaisir de Suzanne Tremblay, la porte-parole d'Équité Outaouais en matière d'éducation.

On ne peut pas dire que l'on rattrape le passé. Malheureusement, encore une fois, l'Outaouais au niveau de l'éducation est oublié.

Suzanne Tremblay, porte-parole d'Équité Outaouais en matière d'éducation

Toutefois, au chapitre de l'enseignement supérieur et de la recherche, le projet d'un campus unifié de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) fait son apparition dans la catégorie des projets à l'étude.

Le gouvernement a débloqué des fonds pour lancer la création de 250 classes de maternelle 4 ans pour septembre 2019. Il s'agit d'un investissement de quelque 36 millions de dollars. Il a déjà été annoncé que l'Outaouais comptera 34 nouvelles classes de maternelle pour les enfants de 4 ans.

Décontamination de terrains

Le budget contient des sommes pour aider les municipalités à mettre en valeur des espaces stratégiques destinés aux entreprises innovantes.

Les villes de Gatineau, Laval, Lévis, Longueuil, Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay vont se partager une enveloppe de 70 millions de dollars. Le ministère des Finances a soutenu que la part réservée à Gatineau est de 10 millions de dollars.

Cet argent pourra notamment être consacré à la décontamination de terrains, à la construction d’infrastructures publiques ainsi qu’à l’acquisition et à la mise en valeur de terrains stratégiquement situés présentant un potentiel de développement économique déjà démontré.

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale