•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget pour attirer et retenir des travailleurs en région

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, dépose son premier budget.

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, dépose son premier budget.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Catherine Paradis

Le gouvernement de François Legault estime que la meilleure façon de lutter contre la pénurie de main-d'oeuvre est de garder les employés plus âgés au travail. Dans le premier budget de la Coalition avenir Québec (CAQ), près de 892 millions sont prévus d'ici cinq ans, pour inciter un plus grand nombre de travailleurs à prolonger leur carrière.

Le crédit d’impôt pour la prolongation de carrière vise à permettre aux employés de 60 à 64 ans de gagner plus en étant moins pénalisés au niveau fiscal. Ils pourraient ainsi bénéficier d’un allègement maximal de 1500 $ par année.

Une partie de l’argent servira aussi à aider les entreprises à mieux les intégrer, notamment en offrant des conditions de travail et un aménagement d’horaires plus flexibles. Le gouvernement Legault s’engage à les aider à éponger les coûts additionnels qui pourraient en découler.

Grâce à ces mesures, la CAQ pense que des milliers de travailleurs supplémentaires pourraient ainsi rester sur le marché du travail.

Le budget du ministre des Finances, Éric Girard, investit aussi 730 millions de dollars d’ici 2024 pour favoriser l’intégration des immigrants sur le marché du travail.

Le président de l’Union des municipalités du Québec et maire de Drummondville, Alexandre Cusson, y voit là un véritable appui pour ses membres.

On parle du parcours personnalisé, ce qui nous assure qu’il y aura une adéquation avec les besoins du milieu du travail, particulièrement en région.

Alexandre Cusson, président de l’Union des municipalités du Québec

Connectivité des régions

Toutes les régions du Québec attendent depuis longtemps de l’aide pour développer les services internet dans les secteurs plus éloignés. À l’instar du gouvernement fédéral plus tôt cette semaine, Québec prévoit au moins 300 millions de dollars aider toutes les municipalités à se connecter.

Les projets pourront être présentés au cours des prochains mois. La Fédération des municipalités du Québec aura notamment le mandat de préciser les besoins d’accès à l’internet haute vitesse partout au Québec.

En Abitibi-Témiscamingue

Comme prévu, le gouvernement Legault va de l’avant avec l’harmonisation graduelle des taxes scolaires au Québec, dès cette année. Dans cinq ans, la réduction atteindra 78 $ pour une résidence de 270 000 $ en Abitibi-Témiscamingue.

Les commissions scolaires ne subiront pas l’impact de cette baisse puisque le gouvernement ajustera les subventions en conséquence.

L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) recevra des fonds pour ajouter une clinique interdisciplinaire d’enseignement et de recherche en soins de santé et en services psychosociaux.

Le budget pour les régions en rafale :

  • 15 M$ pour les universités en région
  • 50 M$ pour le Programme Innovation Bois
  • 61 M$ pour protéger le caribou forestier
  • 20 M$ pour adapter les centres de tri de déchets
  • 75 M$ pour aider les villes à payer les frais de la Sûreté du Québec
  • 88 M$ pour les infrastructures communautaires, culturelles et récréatives
  • 34 M$ supplémentaires au programme ESSOR destiné aux PME
  • 70 M$ pour la décontamination de terrains

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale