•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des téléphones Nokia auraient transmis des données à la Chine

Une photo montrant deux téléphones Nokia 7 Plus, l'un de dos et l'autre de face.

Le problème a été corrigé au moyen d'une mise à jour émise par HMD Global, l'entreprise propriétaire de Nokia.

Photo : Nokia

Radio-Canada

Des téléphones Nokia 7 Plus auraient transmis pendant plusieurs mois des informations personnelles non chiffrées vers des serveurs appartenant à China Telecom, un opérateur de télécommunications exploité par l'État chinois, rapporte NRK.

Les informations envoyées vers la Chine comprenaient la géolocalisation, le numéro de série du téléphone, le numéro de la carte SIM et l’adresse IP.

Ces informations étaient acheminées chaque fois que l’écran du téléphone était allumé ou déverrouillé, ainsi qu’à chaque démarrage de l’appareil. Cela permettait à quiconque ayant accès aux données de suivre les déplacements d’un utilisateur.

D’après une enquête du diffuseur public norvégien, ces données ont été transmises de mars 2018, période où le téléphone a été lancé, jusqu’au mois de février 2019.

Un nombre limité d'appareils touchés

Le fabricant du Nokia 7 Plus, HMD Global, dit avoir déployé une mise à jour pour corriger le problème après en avoir été informé par NRK. Selon HMD Global, presque tous les appareils concernés ont été mis à jour.

Le fabricant affirme que seul un lot de Nokia 7 Plus était touché par ce problème et que les données ne se sont jamais rendues jusqu’à un serveur à l’étranger. « Les données n’ont jamais été traitées, et aucune information personnelle n’a été partagée avec des tiers ou avec des autorités », a indiqué l’entreprise finlandaise dans un communiqué envoyé à NRK.

Lorsque le diffuseur norvégien a demandé à HMD Global si elle devait se plier à ce genre de collecte de données personnelles pour pouvoir vendre ses téléphones en Chine, l’entreprise a refusé de commenter. HMD Global a également refusé d’identifier le propriétaire des serveurs, mais NRK a pu confirmer par ses propres recherches qu’il s’agissait de China Telecom.

L'ombudsman finlandais enquête

Le diffuseur public avance que le code servant à envoyer les données pourrait avoir été destiné uniquement au public chinois, mais qu’il pourrait avoir été distribué par erreur à d’autres clients ailleurs dans le monde. HMD Global n’a pas voulu répondre à des questions à ce sujet.

Informé du problème par NRK, l’ombudsman finlandais pour la protection des données, Reijo Aarnio, a décidé d’ouvrir une enquête. M. Aarnio et son équipe désirent vérifier les allégations du diffuseur norvégien et déterminer si des informations personnelles ont été envoyées ou non.

Avec les informations de Reuters

Téléphones intelligents

Techno