•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tentative de cyberfraude à Magog

Une personne utilise une souris et un clavier d'ordinateur.

Une personne utilise une souris et un clavier d'ordinateur.

Photo : iStock

Radio-Canada

La vigilance d'une esthéticienne de Magog lui a permis d'éviter une fraude de près de 6000 $. Intriguée par les demandes particulières d'une cliente potentielle qui lui demandait d'agir comme intermédiaire pour un transfert d'argent, elle a refilé le cas au Centre antifraude qui a confirmé la tentative d'escroquerie.

Laura (nom fictif) a reçu un courriel le 18 mars de la part d’une femme souhaitant recevoir des soins esthétiques en vue de son mariage prévu le 2 août à Magog. La dame mentionnait que les soins seraient pour six personnes. Rapidement, Laura a senti que quelque chose clochait.J’ai demandé à la dame de me contacter par téléphone. C’est là qu’elle m’a répondu qu’elle était à Dubaï et qu’elle magasinait pour son mariage. Donc, on a échangé par courriel.

Malgré tout, Laura poursuit ses échanges. Lors des discussions, la dame soulignait régulièrement qu’elle ferait affaire avec un chauffeur et nécessitait une description précise de l’horaire de soins pour aviser la compagnie de location. Très tôt, elle s’est également renseignée si Laura acceptait les cartes de crédit. Elle m’a aussi demandé pour un service de coiffure. Je n’offre pas ce service, mais j’ai contacté ma coiffeuse et je lui ai parlé de cela. Elle m’a dit qu’elle aussi, elle avait reçu ce courriel.

Après quelques échanges, la dame a finalement demandé à Laura si elle pouvait l’aider avec un problème de transfert d’argent. Elle soutenait que la compagnie de location de voiture n’acceptait pas les cartes de crédit ni les transferts bancaires.

Elle me demandait que moi, je prenne sur sa carte un dépôt pour mes services plus le montant prévu pour le chauffeur, qui s’élevait à 5750 $, que je dépose cela dans mon compte et que je prenne le montant prévu au chauffeur et que je lui transfère. Je devais remettre 4650 $ au transporteur.

Laura, esthéticienne

Convaincue d’être devant une tentative de fraude, Laura a tout de suite contacté le service de police, qui l’a ensuite redirigée vers le Centre antifraude. Ce sont des manœuvres qu’eux ont su reconnaître.

Des manœuvres troublantes

Laura estime que plusieurs indices lui ont permis de définir qu’il s’agissait d’une tentative d’extorsion. Le contact fait par une inconnue, étrangère de surcroît, ne souhaitant pas tester les soins avant le jour du mariage, le coût élevé de la compagnie de transport, tout contribuait à lui mettre la puce à l’oreille. Toutefois, Laura estime qu’il aurait pu être facile de se laisser berner.

C’est très créatif et tout se tenait. Quand on lit les courriels, il y avait toujours quelque chose qui faisait croire que c’était vrai. Il y avait beaucoup de petits détails. Elle mentionnait avoir vu mon Facebook. Même le chauffeur, elle devait se douter que je trouverais cela élevé. C’est comme si elle voulait justifier le 4550 $. C’était emballé. Il y avait beaucoup de dentelle. Ça pouvait être plausible.

Laura esthéticienne

Laura souligne que même une de ses amies a cru à la demande. Comme sa coiffeuse a aussi reçu un tel courriel, elle craint d’ailleurs que d’autres commerçants aient pu être contactés et se laisser berner par les demandes de la dame. Il pourrait y avoir des victimes dans la région ou même ailleurs. Quand on reçoit un courriel comme cela, il faut être vigilant.

Estrie

Fraude