•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Solidarité et partage lors de la Marche Gabriel-Commanda à Val-d'Or

Une marche réunissant plusieurs personnes portant des drapeaux au centre-ville de Val-d'Or.
La Marche Gabriel-Commanda a réuni des centaines de personnes dans les rues de Val-d'Or. Photo: Radio-Canada / Mélanie Picard
Emily Blais

La Marche Gabriel-Commanda a attiré de nombreux jeunes participants dans les rues de Val-d'Or.

Pour cette 19e Semaine pour l'élimination de la discrimination raciale, les écoles de la Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois et Golden Valley ont aussi multiplié les activités.

Des enfants participent à une marche avec une affiche « Val-d'Or pas de racisme ».Les jeunes étaient particulièrement nombreux cette année. Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Plus de 850 personnes se sont présentées, selon le Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or.

D'abord, marcher c'est bon pour la santé, c'est bon aussi pour la santé mentale, c'est bon pour la santé sociale. Ça donne l'occasion à bien des gens justement de se rencontrer dans ce contexte-là de lutte au racisme et du rapprochement, constate Doris St-Pierre, membre du conseil d'administration du Centre d'amitié autochtone et du comité de la Ville de Val-d'Or contre le racisme et la discrimination.

Des gens défilent au centre-ville de Val-d'Or durant une marche.La Marche Gabriel-Commanda réunit tant des personnes Autochtones que non-Autochtones. Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Édith Cloutier, décrit ce qu'elle qualifie d'un geste simple de solidarité.

On a invité les participants à la marche à saluer quelqu'un qu'ils ne connaissent pas et de dire kwe. Kwe en anichinabé, simplement d'aller vers l'autre et de dire bonjour, ça démontre une grande ouverture, indique-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones