•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget Québec 2019 : la CAQ mise sur la haute technologie

Une femme entrain de coder.

Le gouvernement prévoit 330 millions de dollars pour s'assurer que le Québec demeure le « leader mondial » en matière d'intelligence artificielle.

Photo : getty images/istockphoto / oatawa

Hugo Prévost

Place à l'informatique de demain : Québec appuie sur l'accélérateur pour favoriser le développement de l'intelligence artificielle(IA) en prévoyant investir 330 millions de dollars sur cinq ans dans ce domaine de technologie de pointe.

Afin de renforcer la position de « leader mondial » du Québec en la matière, le gouvernement envisage entre autres de débourser 38 millions pour attirer ici des chercheurs spécialisés en IA.

Quelque 65 millions sont aussi prévus pour encourager l’adoption de l’IA en entreprise, y compris pour soutenir des entreprises développant des applications liées à l’intelligence artificielle.

Autre mesure notable, 79,3 millions de dollars permettront de financer des chaires de recherche à l’Université de Sherbrooke, en plus de doter le Québec d’un service de conception et de fabrication de dispositifs en micro-nanotechnologies.

En parallèle de cet intérêt porté aux hautes technologies, le gouvernement donne suite à son engagement électoral et annonce 305 millions sur cinq ans pour relier toutes les régions du Québec via une connexion Internet à haute vitesse et un réseau cellulaire à large bande.

Le pic des investissements en ce sens sera atteint en 2022-2023, avec des débours de 95 millions.

Mardi, Ottawa a de son côté annoncé des investissements allant de 5 à 6 milliards sur 10 ans pour brancher les communautés canadiennes à Internet à haute vitesse d'ici 2030.

Des ouvriers s'affairent à la construction d'une tour d'habitation.

Des ouvriers travaillent à la construction d'un luxueux immeuble à logements à Fort Lauderdale, en Floride.

Photo : La Presse canadienne / AP/Amy Beth Bennett/South Florida Sun Sentinel

Favoriser la bonne marche de l’économie

Afin d’accroître le développement économique du Québec, le gouvernement mise entre autres sur une hausse de la capitalisation d’Investissement Québec, qui passe ainsi de 4 à 5 milliards de dollars.

La Coalition avenir Québec (CAQ) souhaite par ailleurs faciliter les investissements dans l’économie québécoise en provenance de l’étranger et maximiser les exportations. Pour ce faire, 95 millions sont réservés pour ajouter des ressources économiques dans les bureaux du Québec ailleurs au pays.

Le gouvernement prévoit aussi bonifier son Programme Exportation, histoire que les entreprises d’ici trouvent de nouveaux débouchés pour leurs produits et services.

À noter, toutefois, qu’une enveloppe annoncée de 1 milliard servant à « accompagner le développement des entreprises stratégiques du Québec » et « développer une intelligence d’affaires » pour protéger les sièges sociaux québécois n’est pas comptabilisée au budget.

Les détails de cette initiative seront annoncés ultérieurement par l’État, affirme-t-on.

« Vous savez, on ne travaille pas seuls », a indiqué le ministre des Finances, Eric Girard, qui parle de « moyens supplémentaires » en la matière.

Le gouvernement Legault envisage également de réduire les délais d’approbation des projets d’investissement, c’est-à-dire consacrer moins de temps à évaluer les impacts environnementaux de ces projets, puisque « des délais d’approbation trop longs peuvent nuire à la réalisation des investissements », plaide la CAQ. Un peu plus de 34 millions sont prévus à cet effet.

Pour encourager les entreprises innovantes, le budget compte un montant de 320 millions pour notamment décontaminer des terrains à Montréal, mais aussi à Québec et dans les autres grandes villes du Québec, ainsi que construire des infrastructures pour permettre à ces entreprises d’obtenir des sites où s’installer.

Enfin, 75 millions sont prévus pour soutenir l’entrepreneuriat et le financement des entreprises, en plus d’encourager l’emploi et la relève entrepreneuriale.

Politique provinciale

Politique