•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FDA approuve un médicament pour traiter les dépressions post-partum graves

Une mère est couchée sur un lit avec son enfant, mais semble perdue dans ses pensées.
Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le premier médicament spécialement conçu pour traiter la dépression grave après l'accouchement. Photo: iStock / Fertnig
Radio-Canada

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé le premier médicament spécialement conçu pour traiter la dépression grave après l'accouchement, le Zulresso.

Le médicament devrait être disponible aux États-Unis à la fin juin.

Pour le moment, le médicament doit être administré par voie intraveineuse pendant deux jours et demi, mais son fabricant, Sage Therapeutics, travaille actuellement à un traitement sous forme de pilule.

Le coût du médicament pour un traitement a été fixé à 34 000 $US (un peu plus de 45 000 $).

Il n'est pas clair pour l’instant si l’entreprise pharmaceutique prévoit demander l'autorisation de commercialiser le médicament au Canada.

Un traitement qui remplace la progestérone

Le Zulresso vise à rétablir à un niveau normal la quantité d’alloprégnanolone, un dérivé de la progestérone, présente dans le sang des nouvelles mères.

Le taux de progestérone, l’hormone sexuelle féminine, peut chuter, parfois de façon drastique après l’accouchement. Et plusieurs études récentes ont démontré que l’alloprégnanolone, de son côté, exerce un effet anxiolytique.

En imitant l’alloprégnanolone, l'ingrédient actif du Zulresso, la brexanolone, tente donc de rétablir l’équilibre hormonal chez la patiente qui se le voit administré.

L'efficacité du Zulresso a été démontrée dans deux études cliniques, financées par Sage Therapeutics, auprès de nouvelles mères souffrant de dépression post-partum grave ou modérée.

Selon les données recueillies, les symptômes dépressifs de ces nouvelles mères diminuaient dès la fin du traitement et les effets de celui-ci se faisaient encore sentir un mois plus tard.

Ainsi, après avoir donné une perfusion intraveineuse de Zulresso ou un placebo pendant 60 heures aux participantes, on a évalué leurs symptômes dépressifs grâce à une échelle d'évaluation de la dépression. On les a ensuite comparés aux résultats obtenus avant l’administration du médicament.

Les patientes ont été réévaluées un mois après la fin du traitement.

Selon la FDA, « le Zulresso a démontré une supériorité par rapport au placebo dans l'amélioration des symptômes dépressifs à la fin de la première perfusion. L'amélioration de la dépression a également été observée à la fin de la période de suivi de 30 jours ».

L’agence américaine note toutefois que certains effets secondaires ont été soulignés par les participantes, les plus fréquents étant la somnolence, la sécheresse de la bouche, la perte de conscience et les bouffées de chaleur.

Une dépression parfois difficile à traiter

La dépression post-partum touche environ 400 000 Américaines par an.

Elle se termine souvent d'elle-même en quelques semaines, mais elle peut aussi durer des mois, voire des années.

Elle peut être traitée par la psychothérapie ou par des antidépresseurs, qui peuvent prendre de six à huit semaines à agir, mais ne sont pas toujours efficaces.

Dans les cas graves, la mère peut avoir des tendances suicidaires, ne pas vouloir allaiter son enfant ou vouloir l’agresser.

Avec les informations de Associated Press

Santé physique et mentale

Santé