•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Comment bien réussir sa photo d’aurore boréale

Une aurore boréale survole la voie lactée.
La photo d'aurore boréale, c'est un art, selon le photographe Ray Chiasson. Photo: Ray Chiasson
Mario De Ciccio

Après un appareil photo, un trépied et de grosses mitaines, tout ce qu'il vous manque pour une soirée de chasse à l'aurore boréale, ce sont les précieux conseils de photographes expérimentés que j'ai rencontrés dans les Territoires du Nord-Ouest.

En un peu plus d’un an à Yellowknife, j’ai passé beaucoup d'heures sous les aurores à tenter d’immortaliser dans une photo parfaite digne des meilleurs magazines touristiques ces collisions dans l'atmosphère de particules chargées provenant du soleil.

J’y travaille encore.

Vous pouvez lire la première partie de ce texte, ici : Ma quête pour la photo parfaite d’aurores boréales

Bon, passons aux choses sérieuses. Comment prendre de belles photos?

Une aurore au dessus d'un lac et d'une cabine. Voici une belle photo prise par Carole Musialek. Photo : Carole Musialek

Il vous faudra avant tout un peu de stabilité, que ce soit un trépied, le toit de votre voiture, une roche, le sol, un banc ou une statue. Bref, si c’est stable, c’est ce qu’il vous faut. En passant, vos mains ne sont pas stables.

La règle d’or, selon le photographe de Yellowknife Ray Chiasson? « N'ayez pas peur de votre appareil photo. »

« Comprenez votre appareil photo, sachez comment changer ses paramètres [en mode manuel] et n'ayez pas peur de le faire, explique-t-il. Parce que vous allez manquer des occasions et vous frustrer à essayer de comprendre votre appareil pendant qu’il fait froid. »

Un homme assis sur la glace contemple les lumières vertes dans le ciel. Agrandir l’imageÀ Yellowknife, les belles photos d’aurores boréales comme celle-ci du photographe Ray Chiasson se retrouvent un peu partout ; dans les guides touristiques, sur Facebook, dans commerces de souvenirs, etc. Photo : Ray Chiasson

Différents facteurs comme la lumière de la Lune et la vitesse des aurores sont à prendre en compte lorsqu'on règle son appareil photo, mais il est bon de commencer avec des réglages de base et d’y aller par essais et erreurs.

Voici les réglages de bases pour commencer, selon Ray Chiasson.

Ouverture du diaphragme : f/3,5
Vitesse d’obturation : 8 secondes
Sensibilité ISO : 800 à 1600

Une photo de l'écran de la caméra qui démontre les réglages de base. *Pas une vraie aurore boréale. Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Ce sont cependant les aurores qui dicteront les réglages de votre caméra.

Ray Chiasson, photographe de Yellowknife
Une maison sous des aurores boréales. Agrandir l’imageRay Chiasson vend ses tirages dans plusieurs magasins de la ville. Photo : Ray Chiasson

Ce qu’il vous manque maintenant, c’est une bonne mise au point pour vous assurer que la photo n'est pas embrouillée.

Certains recommandent de la faire sur les étoiles ou de se mettre en mode infini. Cependant, faites attention, le mode infini n’est pas toujours infini!

Ray Chiasson recommande de faire la mise au point sur un élément statique en premier plan soit un arbre, une roche ou le paysage. Il utilise une lumière frontale pour illuminer son objet pendant la mise au point, ferme sa lumière et prend la photo.

Un arbre dépourvue de feuilles devant les aurores dans le ciel. Agrandir l’imageUn arbre au premier plan, c'est noté. Photo : Ray Chiasson

Même après six ans à Yellowknife, la photographe amateur Carole Musialek se dit toujours émerveillée par le phénomène.

Pour elle, la photo parfaite d’aurore est celle qui peut en démontrer toute la beauté, tout en restant réaliste.

« Ce que je cherche dans mes photos, c’est qu’elles ressemblent à ce que je vois, explique la photographe amateur. J’essaie souvent de régler mes réglages pour que le vert se rapproche le plus possible de ce que je vois, plus blanchâtre que verdâtre. »

Une aurore dans le ciel et dans le lac illumine la scène. Les reflets sur le lac rajoutent toujours à l'ampleur de la chose! Photo : Carole Musialek

« Dès que je mets mes photos sur Facebook, les amis en France disent : “Woah, je rêve de les voir!”, dit-elle. Pour nous, c’est quotidien, mais je ne suis pas blasée encore. »

La photographe avoue tout de même sortir moins souvent à -40 °C pour les photographier.

Une aurore boréale vue par la fenêtre. Agrandir l’imagePas besoin d’aller loin parfois pour prendre une belle photo qui décrit bien la réalité de Yellowknife. Photo : Carole Musialek

Contrairement à l’oeil, l’appareil photo peut être réglé pour capter plus de lumière pendant moins de temps. Les photos peuvent même être modifiées en postproduction en jouant avec le contraste et la luminosité.

La photo d’aurore boréale, c’est un art, pas une science.

Mario De Ciccio, pas un expert

Si vous voulez, vous pouvez rajouter des filtres Instagram ou donner à votre photo des allures de film de science-fiction - même si je suis aussi d’avis que la meilleure photo doit être réaliste.

Alors, sortez votre appareil photo, vos mitaines et votre trépied, vous êtes maintenant prêt pour la chasse à l’aurore boréale!

Que la force du champ magnétique terrestre soit avec vous.

Grand-Nord

Photographie