•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les députés survivent à 30 heures de votes aux Communes

Des députés se lèvent pour voter.

Les députés libéraux Salma Zahid (gauche), Nick Whalen (centre) et Geng Tan (droite) se lèvent pour le dernier des 257 votes imposés par le Parti conservateur, un peu après minuit le 22 mars 2019, à la Chambre des communes.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Après 257 votes qui se sont étendus sur plus de 30 heures, les députés fédéraux ont terminé de voter chacune des lignes du budget de l'an dernier un peu après minuit, vendredi. L'opposition conservatrice a eu recours à cette manœuvre dilatoire afin de forcer un second témoignage de l'ex-ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, au sujet de l'affaire SNC-Lavalin.

Depuis 18 h mercredi, les députés fédéraux se levaient environ toutes les 10 minutes pour voter chacune des lignes du budget de l’an dernier. Comme chaque vote était un vote de confiance, le Parti libéral devait s’assurer d’avoir assez de députés en Chambre pour que le gouvernement ne tombe pas.

Après une première nuit blanche à siéger, les députés libéraux semblaient déjà exaspérés. Certains se distribuaient des friandises. L’un d’entre eux a même été aperçu en train de se brosser les dents. À l'approche de ce qui s'annonçait comme une autre longue nuit de votes, plusieurs élus avaient apporté des vêtements de rechange, des provisions et des lits de camp.

Quelque 150 députés étaient présents pour participer aux votes. Par contre, les ministres libérales démissionnaires Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott ont choisi de ne pas se joindre à leurs collègues pour ce marathon.

Jane Philpott a toutefois accordé une entrevue au magazine Maclean's, dans laquelle elle affirme qu'elle et sa collègue ont encore beaucoup à dire sur la controverse SNC-Lavalin et qu'elles devraient pouvoir s'exprimer librement.

Pour les conservateurs, la sortie de Jane Philpott a justifié la manœuvre qui visait à punir la majorité libérale du comité de la justice, qui a décidé mardi de mettre fin aux travaux parlementaires sur le dossier SNC-Lavalin.

Ça justifie qu'on poursuive les démarches, qu'on poursuive l'opération, le marathon de votes qu'on est en train de faire actuellement.

Luc Berthold, député conservateur de Mégantic-L'Érable

« Justin Trudeau, il doit entendre raison, là! C'est fini, là. Il doit, un moment donné, prendre ses responsabilités. Il a agi en amateur depuis le début, depuis l'automne dernier là-dedans », s'est pour sa part exaspéré le député bloquiste Rhéal Fortin.

[Justin Trudeau] doit rendre des comptes. Qu'il laisse témoigner Jody Wilson-Raybould. Qu'il laisse témoigner Mme Philpott. Qu'on en finisse avec cette histoire-là.

Rhéal Fortin, député bloquiste

De son côté, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a réitéré sa demande de tenue d'une enquête publique sur l'affaire SNC-Lavalin.

« Les Canadiens méritent de connaître la vérité avant l'élection », a-t-il plaidé.

Avec les informations de Louis Blouin, de Fannie Olivier et de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique