•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transfert du métro : le comité exécutif exige plus de transparence

Avant la réunion du comité exécutif , une quinzaine d'opposants à la prise en charge se sont réunis à l'extérieur de l'hôtel de ville de Toronto, avec, en main, des affiches où était écrit « Sauvez notre métro ». on voit des opposants brandir ces affiches
Avant la réunion du comité exécutif , une quinzaine d'opposants à la prise en charge se sont réunis à l'extérieur de l'hôtel de ville de Toronto, avec, en main, des affiches où était écrit « Sauvez notre métro ». Photo: Radio-Canada
Camille Feireisen

Le comité exécutif de la Ville de Toronto a adopté une motion pour que la province rende public le rapport de Michael Lindsay, conseiller spécial nommé par le gouvernement Ford pour le transfert de la responsabilité du métro de Toronto.

Le comité a aussi adopté une motion exigeant qu’il y ait rapidement des consultations publiques ainsi qu’une campagne d’information auprès des Torontois pour leur expliquer les tenants et aboutissants du projet de la province de prendre le contrôle du métro.

Un rapport sur cette proposition controversée a été présenté par le directeur général de la Ville, Chris Murray, au comité exécutif du maire John Tory jeudi matin.

Plusieurs groupes d’opposants à la prise de contrôle du métro par le gouvernement ainsi que des conseillers municipaux ont pris la parole pour exprimer leurs inquiétudes.

Même si le rapport indique que la Ville a l’intention de solliciter les commentaires du public lors de réunions publiques, de webinaires et de sondages en ligne, ce n’est pas assez, juge Shelagh Pizey-Allen du groupe TTC Riders. Il faut une vraie campagne d’information auprès du public, souligne-t-elle.

Ce point a été appuyé par les conseillers Michael Thompson et Ana Bailão, qui ont déposé les deux motions adoptés par le comité exécutif.

Plusieurs autres groupes d’opposants ont également partagé leurs craintes quant aux pertes d’emplois en cas de privatisation du service de transport en commun.

Des négociations en cours

En décembre, la Ville a accepté de prendre part aux discussions avec la province.

Le mois dernier, la Ville et la province ont convenu d’un protocole d’entente pour les discussions sur la prise de contrôle, qui comprenait un accord de partage d’informations sur le système de transport en commun.

Les trois options envisagées dans le protocole d’entente : 

  • la province devient propriétaire du métro et de toute expansion : elle s’occupe de la maintenance, mais la CTT continue de gérer le fonctionnement et perçoit les revenus du tarif;
  • un transfert de propriété et de responsabilité pour les nouvelles lignes de métro, mais la ville et la CTT gardent la main mise sur les lignes existantes;
  • un réalignement des responsabilités entre la Ville et le provincial concernant la mise en service de nouvelles lignes.

Le directeur général Chris Murray a reconnu que la Ville n’avait toujours pas une idée claire de la signification exacte de ce que serait la prise en charge du métro par la province.

De son côté, le maire John Tory a fait savoir qu’il ne s’engagerait pas dans une campagne pour ou contre une prise de contrôle du métro jusqu’à ce qu’une proposition officielle soit présentée par la province. Une fois la proposition sur la table, je serai le premier à dire si je soutiens ou non ce projet en fonction de ce qui sera meilleur pour les Torontois, a-t-il dit.

Le rapport précise par ailleurs que les négociations sur la prise en charge du métro par la province coûteront deux millions de dollars à la Ville, entre les dépenses liées à l’embauche de personnel dédié à se pencher sur le sujet et les conseils d'experts externes sur la question. Il s’agit d’une somme que la Ville compte bien se faire rembourser par Queen’s Park.

Le rapport sera discuté plus en profondeur lors du prochain conseil municipal, les 27 et 28 mars.

Toronto

Politique municipale