•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cannabis : partenariat entre l'UQTR et une entreprise spécialisée en produits du chanvre

Grains de chanvre et huile de chanvre au délicat goût de noisette
Grains de chanvre et huile de chanvre au délicat goût de noisette Photo: iStock
Radio-Canada

Une entreprise de chanvre de Saint-Cyrille-de-Wendover s'associe avec l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) pour étudier certaines propriétés du cannabis afin de développer de nouveaux produits.

La Feuille verte commercialise différents produits de soins corporels, alimentaires et pour animaux à partir de la graine de chanvre depuis un peu plus d’un an. La légalisation du cannabis, en octobre 2017, a changé la donne pour l’industrie.

Il n’y a pas eu de recherche au cours des dernières années, à cause que la plante était prohibée, explique le P.-D.G. de La Feuille verte, Dany Lefebvre. On peut utiliser maintenant la plante entière. Ce sont des centaines et des centaines de nouvelles molécules [auxquelles] on a accès.

La création d’une formation en biochimie sur le cannabis, à l’UQTR, est tombée à point nommé pour La Feuille verte. L’entreprise a contacté l’Université dans le but de développer de nouveaux composés.

C’est un partenariat qui va dans les deux sens, soutient la chercheuse Isabel Desgagné-Penix, directrice du Laboratoire de recherche sur le métabolisme spécialisé végétal. La Feuille verte a besoin de nous pour développer de nouveaux marchés et de nouveaux produits. Quant à nous, ce partenariat donne accès à de nouvelles subventions de recherche, des possibilités d’emploi pour nos finissants, développer de nouveaux projets de recherche.

Comprendre les terpénoïdes

L’UTQR et la Feuille verte voient grand, et loin. Différents projets sont dans leur mire pour les cinq prochaines années. Un premier projet de six mois doit d’ailleurs voir le jour cet été, et vise à mieux connaître les terpènes et les terpénoïdes, soit les éléments responsables des arômes dans le cannabis.

On va avoir la chance de développer des produits avec des parfums différents dans un breuvage ou un produit alimentaire, explique Dany Lefebvre. On sait que la loi sur le cannabis avec les produits transformés va voir le jour l’automne prochain. Ce sont des milliers de nouveaux produits qui vont voir le jour dans un avenir rapproché. Toutes les molécules de la plante vont alors être intéressantes.

C’est un petit projet afin de regarder ce qu’il est possible de faire avec ces terpènes, explique la chercheuse Isabel Desgagné-Penix. Comment on peut les utiliser dans les produits de la Feuille verte? Initialement, c’est dans un intérêt commercial pour développer de nouveaux goûts, des arômes. Mais on pourrait, à long terme, identifier des terpènes qui pourraient service d’agent d’attraction pour les pollinisateurs et pour la défense, donc produire des cultivars plus résistants.

On ouvre une boîte de Pandore et on va voir ce qu’on peut faire.

Isabel Desgagné-Penix, professeure au Département de chimie, biochimie et physique

Des projets de recherche impliquant d’autres chercheurs sont également en attente de financement. Les deux parties souhaitent notamment développer de nouveaux plans et de nouvelles méthodes de conservation, et surtout, former des employés qualifiés.

Avoir une équipe de chercheurs liée à notre équipe, c’est très bénéfique, soutient Dany Lefebvre. Et nous permet de former de la main-d’œuvre.

Estrie

Cannabis