•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

État d'urgence climatique : des villes veulent forcer Ottawa et les provinces à agir

On y voit un amas de glace fracturée causé par la pression du courant sur la surface gelée.

Les berges du lac Ontario à Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Frédéric Pepin

Le conseil municipal de Kingston a adopté l'état d'urgence climatique lors d'un vote du conseil municipal le 5 mars. Mais que signifie ce décret qui est non contraignant et qui n'oblige en rien la Ville à agir?

Le maire accorde une entrevue au parc de la Confédération, sur les berges du lac Ontario.

Le maire de Kingston, Bryan Paterson.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Selon le maire de Kingston, Bryan Paterson, ce décret ne donne pas accès à un financement du fédéral ou du provincial. C’est plutôt une mesure qui a pour but de prioriser les investissements futurs de la Municipalité en gardant en tête l’urgence climatique et les effets du réchauffement planétaire.

C’est de démontrer que les changements climatiques, c’est une priorité, pour démontrer un chemin pour la Ville afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et du même souffle, établir un leadership climatique.

Bryan Paterson, maire de Kingston

Kingston est la première municipalité en Ontario à adopter une telle mesure, mais ailleurs au pays, d’autres villes ont déjà fait la même chose. Vancouver, Edmundston et Halifax ont déjà adopté un décret semblable.

L'union fait la force

Le professeur Warren Mabee, spécialiste en politiques environnementales à l’Université Queen’s, voit d’un bon oeil le décret adopté.

Le professeur accorde une entrevue dans une salle de classe de l'Université Queen's à Kingston.

Le professeur et spécialiste en politiques environnementales à l’Université Queen’s Warren Mabee.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Selon lui, si un grand nombre de municipalités adoptent une telle approche, les gouvernements seront forcés d’accorder plus de financement aux initiatives climatiques.

Mais d’ici là, il pense que le décret adopté à Kingston permettra à ses résidents d’envisager de nouvelles façons de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

« Cette campagne suscite une prise de conscience, une nouvelle direction pour toute l’administration municipale qui aura des répercussions, petites ou grandes, dans tous les départements, explique le professeur Mabee. Ceux qui décident de la façon de construire un pont ou un égout pluvial devront le faire en pensant à la situation climatique. »

Mener par l'exemple

C’est le conseiller municipal Robert Kiley qui est derrière la motion adoptée par le conseil municipal pour décréter l’état d’urgence.

Le conseiller est photographié devant un quai aux abords du lac Ontario à Kingston.

Le conseiller municipal de Kingston Robert Kiley.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Nous devons atteindre la carboneutralité d’ici 2050, mais j’aimerais qu’on y arrive d’ici 2040. C’est ce qui nous permettrait d’être plus novateurs et de positionner nos entreprises et notre municipalité comme un leader mondial.

Robert Kiley, conseiller municipal de Kingston

Emily Ferguson, cofondatrice du Kingston Climate Hub, la section locale de l’initiative mondiale Climate Reality Project, apprécie elle aussi le geste fait par la Ville de Kingston.

Emily accorde une entrevue au parc du lac Ontario à Kingston.

Emily Ferguson est cofondatrice de Kingston Climate Hub.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

La décision du conseil braque toute l’attention sur Kingston et beaucoup de monde va s’intéresser à ce qui sera fait ici, explique Emily Ferguson. Même si nous ne ressentons pas les effets extrêmes du changement climatique, nous pouvons accomplir beaucoup de choses pour montrer au reste du monde comment agir.

D’ici là, plusieurs villes, dont Hamilton, envisagent de déclarer l’état d'urgence climatique. Au Québec, un mouvement citoyen appelle une centaine de villes et municipalités à faire de même.

Toronto

Changements climatiques