•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Référendum à l'Î.-P-É. : l'absence de règles sur l'affichage provoque de la confusion

Une affiche et des épinglettes sur une table.

Les camps du « oui » et du « non » se préparent pour le référendum sur la réforme du mode de scrutin à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo :  CBC / Steve Bruce

Radio-Canada

Alors que la campagne référendaire sur la réforme du mode de scrutin est commencée depuis un peu plus de six semaines à l'Île-du-Prince-Édouard, un flou demeure quant à l'installation d'affiches par les camps du « oui » et du « non ».

Le référendum doit avoir lieu en même temps que les prochaines élections provinciales. La campagne référendaire est déjà commencée depuis la fin janvier. Mais la campagne électorale, elle, n'a pas encore été déclenchée.

Entre-temps, le camp du non a commencé à installer des pancartes à des intersections achalandées de la capitale, Charlottetown. C'est l'occasion d'attirer l'attention du public avant que les élections ne prennent toute la place, affirme John Barrett, un militant pour le maintien du mode de scrutin actuel.

Une fois la campagne référendaire commencée, j'ai supposé que les mêmes règles en ce qui concerne les affiches électorales s'appliquaient.

John Barrett, opposant à la réforme du mode de scrutin à l'Île-du-Prince-Édouard

Toutefois, cette semaine, la Ville de Charlottetown a demandé au camp du non de retirer ses affiches. La raison invoquée : ce genre de publicité n'est autorisée sur les terrains municipaux que 30 jours avant des élections.

Mais après consultation du commissaire pour le référendum, le directeur de l'urbanisme à la Ville de Charlottetown, Alex Forbes, a décidé d'autoriser les pancartes. Un référendum est unique, explique-t-il. Le règlement de zonage ne prévoyait rien pour un référendum.

Le commissaire Gerard Mitchell dit qu'il a ensuite communiqué avec la Fédération des municipalités de l'Île-du-Prince-Édouard pour clarifier les choses. Je suis confiant que [les deux camps] vont être en mesure d'installer leurs affiches, dit-il.

Ces précisions sont bien accueillies par le camp du oui, qui attend, lui aussi, de poser ses pancartes. Il y a un manque de clarté parce que [l'installation d'affiches] n'a pas été abordée dans la loi référendaire, estime pour sa part Brenda Oslawsky, qui milite pour l'adoption d'un mode de scrutin proportionnel mixte.

Avec des informations de Steve Bruce, de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale