•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fonte des glaciers du mont Everest dévoile de plus en plus de cadavres

Des alpinistes se préparent à faire l'ascension du mont Everest, au Népal.

Des alpinistes se préparent à faire l'ascension du mont Everest, au Népal.

Photo : AFP/Getty Images / Phunjo Lama

Radio-Canada

La fonte accélérée des glaciers du mont Everest a des effets inattendus et macabres. Depuis quelques années, avec l'amincissement rapide de la glace, on voit apparaître peu à peu sur le plus haut sommet du monde les cadavres des alpinistes morts dans leur ascension qui avaient été enterrés par les éléments.

Plus de 4800 personnes ont escaladé le mont Everest depuis la première tentative d’ascension, en 1921, et près de 300 de ceux-ci, alpinistes et sherpas, y ont laissé la vie. Les deux tiers de ces corps seraient encore enterrés dans la neige et la glace.

Selon Ang Tshering Sherpa, ancien président de la Nepal Mountaineering Association, bien que la plupart des corps des alpinistes morts ces dernières années sur l’Everest n’aient pas été laissés sur place, de plus en plus de cadavres plus anciens émergent de la glace.

Ces corps doivent maintenant être récupérés, ce qui est un défi, selon l'Expedition Operators Association of Nepal (EOAN), en raison de difficultés techniques, mais aussi administratives du côté népalais.

En général, les corps sont récupérés du côté chinois de la montagne, au nord, au début de la saison d'escalade printanière.

Il en coûterait d’ailleurs de 40 000 $ à 80 000 $ pour descendre les cadavres du sommet, le coût et la difficulté augmentant plus ils sont situés en hauteur.

L'une des récupérations les plus difficiles a eu lieu à une altitude de 8700 m, près du sommet. Le corps était totalement gelé et pesait 150 kg. Il a dû être récupéré d'un endroit difficile à cette altitude.

Ang Tshering Sherpa, ancien président de la Nepal Mountaineering Association

Des membres surgissent de la glace

En 2017, la main d'un alpiniste mort est apparue au-dessus du sol au camp numéro 1. Les responsables de l’expédition sur place ont alors envoyé des sherpas pour déplacer le corps.

La même année, un autre corps est apparu à la surface du glacier Khumbu, aussi connu comme la cascade de glace de Khumbu. Selon les alpinistes, c'est là que la plupart des cadavres ont fait surface ces dernières années.

À cet endroit toutefois, les corps n’apparaîtraient pas seulement en raison de la fonte des glaces, mais aussi des mouvements du glacier, affirme Tshering Pandey Bhote, vice-président de la Nepal National Mountain Guides Association.

Des cadavres ont aussi été exposés au camp numéro 4, qui est relativement plat, ainsi qu’au camp de base, où l'on a vu émerger des mains et des jambes de cadavres.

L'amincissement des glaciers

Plusieurs études montrent que les glaciers de la région de l'Everest, comme dans la plupart des régions de l'Himalaya, fondent et s'amincissent rapidement.

Une étude réalisée en 2015 a révélé que les étangs du glacier Khumbu – que les grimpeurs doivent franchir pour escalader le sommet – étaient en expansion et se rejoignaient à cause de la fonte accélérée.

Une autre équipe de chercheurs a de son côté constaté l’an dernier en forant le glacier Khumbu que la glace qui le forme était plus chaude que prévu. Sa glace enregistrait une température minimum de seulement -3,3 °C, et même la glace la plus froide analysée était de 2 °C plus chaude que la température annuelle moyenne de l'air.

En raison de l'eau accumulée par la fonte glaciaire, l'armée népalaise a d’ailleurs dû drainer en 2016 le lac Imja, situé près du mont Everest, après qu’il eut atteint des niveaux dangereux.

Les cadavres comme « repères »

Chose encore plus macabre, certains des cadavres des secteurs plus élevés de l'Everest ont déjà servi de repères pour les alpinistes.

L'un de ces points de référence, des bottes vertes, était situé près du sommet. Celles-ci appartenaient à un grimpeur qui est mort sous un rocher en surplomb. Ses bottes vertes, toujours debout, faisaient face à la voie d'escalade. On ignore toutefois ce qu'il est advenu de ce corps. Certains affirment qu’il a été récupéré, tandis que d’autres, dont des responsables du tourisme népalais, disent qu’il n’est simplement plus visible.

Mais selon Alan Arnette, un alpiniste réputé aussi auteur sur le sujet, il est délicat de récupérer le corps d’un alpiniste mort en ascension.

« La plupart des alpinistes aiment qu'on les laisse dans les montagnes s'ils meurent. Il serait donc irrespectueux de les enlever, à moins qu'ils n'aient besoin d'être déplacés de la voie d'escalade ou que leurs familles ne les demandent », dit-il.

Avec les informations de BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International