•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chirurgie éveillée pour retirer une tumeur au cerveau

Manon Bisson, pendant sa chirurgie

Photo : Radio-Canada

Mélissa Fauteux

Recevoir un diagnostic de cancer frappe comme un couperet. Manon Bisson en sait quelque chose. Il y a cinq ans, cette femme de Gatineau a reçu un diagnostic de tumeur cérébrale. C'est finalement au neurochirurgien David Fortin du CHUS de Fleurimont et professeur à la Faculté de médecin de l'université de Sherbrooke, qu'elle a confié son cerveau pour donner une chance à la vie. Ils ont accepté d'ouvrir les portes de la salle d'opération, le temps de la chirurgie, pour démontrer que l'espoir réside dans le développement de nouvelles technologies, notamment la chirurgie éveillée.

Tout a commencé par une crise d’épilepsie le 29 décembre 2013. Sur le scan, les médecins ont tout de suite repéré une masse dans le lobe pariétal de la jeune mère de famille de 32 ans.

Les spécialistes suspectent un oligodendrogliome de bas grade, une tumeur qui se développe habituellement lentement. Impossible toutefois de connaître sa vraie nature, puisque Manon Bisson hésite à passer sous le bistouri.

J’étais là… qu’est-ce qui va se passer? J’ai trois enfants, mon plus jeune avait trois ans à ce moment-là. En cinq ans, j’ai eu mes moments : pleurer, rire, on a dédramatisé la maladie, je suis allée voir toutes les options. Je les ai méditées, réfléchies, fait de l'insomnie… et un moment donné, tu te dis que finalement, c’est le temps.

Manon Bisson, atteinte d'une tumeur au cerveau
Dr David Fortin et Manon Bisson

Dr David Fortin et Manon Bisson

Photo : Radio-Canada

Se faire opérer à Sherbrooke

C’est finalement cinq ans plus tard que Manon Bisson a décidé de s’en remettre aux soins du Dr Fortin.

Je suis allée cogner à d’autres portes, j’ai pris mon dossier en main. J’ai envoyé un premier courriel, qui était en fait le 15 octobre et le 24 octobre, je rencontrais Dr Fortin et son équipe ici, à Sherbrooke.

Une des raisons pour laquelle Manon a choisi de se faire retirer sa tumeur par le Dr Fortin, c'est qu'il est l'un des trois seuls neurochirurgiens au Québec à préconiser la chirurgie avec patient éveillé lorsque le cas s’impose.

Avant, on endormait les patients et on les réveillait juste avant de faire la stimulation, explique-t-il. Là, on vous garde éveillé tout le long. C’est une opération qui va durer de trois à six heures.

La chirurgie éveillée permet au chirurgien de retirer davantage de la tumeur tout en limitant les risques de séquelles. En discutant et en demandant au patient d’effectuer certains mouvements pendant l’opération, le médecin fait le monitorage des capacités cognitives et motrices.

Chirurgie éveillée

Manon Bisson a finalement subi sa chirurgie le 13 mars dernier. Tout au long de l’opération, le médecin a communiqué avec sa patiente pour déterminer s’il altérait ou non le fonctionnement de la zone dont il s’apprêtait à faire l’ablation.

Dr Fortier retire la tumeur du cerveau de Manon Bisson

Dr Fortier retire la tumeur du cerveau de Manon Bisson

Photo : Radio-Canada

Grâce à cette technique, presque toute la tumeur a pu être retirée sans que la patiente se sente inconfortable. Pour l’instant, les seules séquelles sont de légers déficits neurosensoriels, qui devraient s’estomper au cours des prochains mois.

À la fin de la chirurgie, il y avait une accumulation du médicament d’anesthésie. Manon est devenue de plus en plus somnolente et on a perdu sa coopération. Comme on commençait à avoir un petit peu plus d’atteintes sensitives quand on travaillait, on a mis fin à la procédure. Je pense que c’était la bonne chose à faire parce qu’aujourd’hui, Manon décrit elle-même que son côté gauche, elle le sent moins bien.

Dr David Fortin, neurochirurgien

Manon demeure d’ailleurs positive, mais la chirurgie a tout de même été éprouvante. Pour l’instant, elle veut se concentrer sur sa récupération physique et psychologique.

Une heure à la fois, c’est même plus une journée à la fois. C’est tout ce que je peux être capable de me donner en ce moment, et si ça va bien, bien ça ira mieux le lendemain et le surlendemain et on verra rendu là.

Estrie

Santé physique et mentale