•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mine Westwood veut revoir ses méthodes d'exploitation après la mise à pied de 200 travailleurs

La mine Westwood, d'Iamgold, près de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue.

La mine Westwood, d'Iamgold, près de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Radio-Canada

Piel Côté

La direction de la mine Westwood, qui a mis à pied le tiers de ses employés cette semaine, affirme être en mode solution.

À l'émission Des matins en or, le directeur général par intérim, Stéphane Ste-Croix, soutient que la mine souhaite mettre en place des mesures afin de relancer ses activités.

La direction de l'entreprise a confirmé qu'environ 200 travailleurs verront leur poste aboli. La moitié d'entre eux sont des employés de la mine, les autres sont des contractuels.

Selon Stéphane Ste-Croix, les épisodes de sismicité qu'a vécus la mine l'ont obligée à fermer des secteurs qui auraient dû être exploités. « Pour la sécurité des travailleurs, on met une croix temporairement sur certains secteurs. On veut trouver une solution pour produire de façon rentable », lance-t-il.

La façon que nous avions prévu pour extraire le minerai dans ces secteurs n'est pas la bonne.

Stéphane Ste-Croix

Le directeur général par intérim ne croit pas que la durée de vie de la mine Westwood soit revue à la baisse.

« Ce que l'on voit est que nous avons une ressource robuste avec un million d'onces d'or en réserve, affirme M. Ste-Croix. Le potentiel est présent, mais il fallait stabiliser notre opération et c'est ce qu'on a fait. »

La production d'onces d'or prévue pour l'année 2019 est d'ailleurs inférieure à celle de l'année 2018.

Par ailleurs, la direction de la mine fait savoir qu'un soutien psychologique sera disponible pour les employés mis à pied.

Pour entendre l'entrevue de Stéphane Ste-Croix à l'émission Des matins en or, consultez l'audiofil.

Abitibi–Témiscamingue

Emploi