•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel opioïde très puissant fait 1 mort au Nouveau-Brunswick

Du furanyl-fentanyl en poudre, dans un sachet.
Un sachet contenant du furanyl-fentanyl saisi en novembre 2016 à Yellowknife. Photo: GRC
Radio-Canada

La Santé publique, au Nouveau-Brunswick, s'inquiète de l'apparition d'un opioïde très puissant dans la province : le furanyl-fentanyl, qui a fait un mort par surdose récemment, dans le nord de la province.

Nous craignons que ce plus récent décès puisse être un premier indice démontrant que le furanyl-fentanyl est disponible au Nouveau-Brunswick, a déclaré la médecin-hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell.

Des analyses toxicologiques ont démontré récemment la présence de cet opioïde, de la classe du fentanyl, comme son nom l'indique, chez la personne trouvée morte.

Le furanyl-fentanyl est beaucoup plus puissant que la morphine, a précisé la Dre Russell. La présence de cette drogue dans notre province est très dangereuse. Une dose d'un quart de milligramme peut entraîner la mort, et il est impossible pour les utilisateurs de détecter sa présence.

Au cours des trois premiers mois de 2018, six morts ont été attribuées à des surdoses d'opioïdes au Nouveau-Brunswick. Il y en avait eu 36 l'année précédente, dont 7 directement liées à la consommation de fentanyl ou de « substances analogues ».

En février 2018, la GRC a saisi à Hartland, dans le nord-ouest de la province, des comprimés dont la marque indiquait qu'il s'agissait de Percocet. Une analyse en laboratoire avait toutefois démontré qu'ils contenaient du furanyl-fentanyl. La GRC avait alors mis en garde ceux qui consomment les opioïdes vendus sur le marché noir contre le risque d'ingérer des substances potentiellement mortelles.

Le Percocet contient normalement de l'oxycodone et de l'acétaminophène.

Nouveau-Brunswick

Crise des opioïdes