•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amnistie dénonce la pollution carbone des batteries des voitures électriques

Une petite voiture électrique est rechargée dans un stationnement.
Les subventions ont un impact sur les ventes de véhicules électriques. Photo: La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD
La Presse canadienne

Amnistie internationale s'en est pris jeudi au secteur des véhicules électriques, auquel il reproche de se présenter comme vertueux sur le plan écologique alors qu'il fabrique une grande partie de ses batteries au moyen de combustibles fossiles polluants et de minéraux extraits dans des conditions non respectueuses des normes éthiques.

La fabrication des batteries peut être intensive en carbone, tandis que l'extraction des minéraux entrant dans leur composition a été associée à des cas de violations des droits de l'homme tels que le travail des enfants, déclare l'ONG dans un communiqué.

« Les véhicules électriques sont essentiels pour que le secteur automobile s'éloigne des énergies fossiles, mais ils ne sont pas aussi éthiques que certains vendeurs voudraient bien nous le faire croire », écrit Amnistie internationale.

La production de batteries lithium-ion pour les véhicules électriques consomme beaucoup d'énergie et les usines sont concentrées en Chine, en Corée du Sud et au Japon, où la production d'électricité dépend en grande partie du charbon ou d'autres combustibles fossiles, ajoute l'organisation spécialisée dans la défense des droits de l'homme.

Les grands groupes automobiles investissent des milliards de dollars pour accroître leur production de véhicules électriques.

Volkswagen par exemple veut produire 3 millions de véhicules électriques d'ici 2025 contre 40 000 en 2018.

Amnistie exhorte le secteur à mettre au point une batterie propre et respectueuse de l'environnement d'ici cinq ans et, d'ici là, à révéler son empreinte carbone et à rendre publiques ses chaînes d'approvisionnements en métaux.

Le long parcours d'une batterie de voiture

Comme la majorité des produits usinés que nous consommons aujourd’hui, les batteries qui équipent les voitures électriques sont fabriquées à plusieurs endroits dans le monde à partir de matériaux provenant d’un éventail de pays.

La fabrication des électrodes qui composent les batteries lithium-ion nécessite notamment plusieurs métaux, dont du lithium, du cobalt et du graphite.

Le lithium est principalement extrait et raffiné en Australie, au Chili, en Argentine et en Chine. Le cobalt, quant à lui, provient des mines de la République démocratique du Congo, de Finlande, du Canada et de Russie. Pour ce qui est du graphite, la Chine, le Brésil, l’Inde et le Canada en sont les principaux producteurs.

Une fois extraits, purifiés et raffinés, ces métaux sont envoyés partout dans le monde par bateaux, trains et camions pour alimenter les usines de fabrication de batteries.

Actuellement, la vaste majorité des batteries qui équipent les véhicules électriques sont fabriquées dans des usines du Japon, de Chine, de Corée du Sud ainsi qu’aux États-Unis.

Une fois fabriquées, les batteries sont ensuite de nouveau acheminées à travers le monde pour alimenter les chaînes de montage des constructeurs automobiles.

International