•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Calgarienne coupable de négligence criminelle retrouve sa liberté

Ryan Lovett (à gauche) et Tamara Lovett (à droite).
Ryan Lovett (à gauche) est mort des suites d'un streptocoque en mars 2013. Sa mère, Tamara Lovett, (à droite) a tenté de le soigner avec des produits homéopathiques. Photo: Facebook
Radio-Canada

Une Calgarienne, dont le fils de 7 ans est mort à cause de sa négligence, a obtenu, mercredi, sa libération conditionnelle complète.

Tamara Lovett, 50 ans, a été reconnue coupable, en 2017, de négligence criminelle causant la mort de son fils Ryan Alexander Lovett. Elle avait alors écopé d’une peine de trois ans d’emprisonnement.

Ne croyant pas en la médecine traditionnelle, la mère de famille avait tenté de guérir son fils atteint d’une infection à streptocoque du groupe A avec du thé de pissenlit et de l'huile d'origan.

Elle a avoué devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada, mercredi matin, qu'elle portait le deuil chaque jour et qu'elle aimerait revenir en arrière.

D’après la Commission, les perceptions de Tamara Lovett en ce qui a trait à la médecine occidentale restent encore un peu déconnectées de celles du reste de la société. Cependant, le tribunal considère qu’elle fait des progrès et représente maintenant de faibles risques pour les autres.

Tamara Lovett avait déjà reçu sa libération conditionnelle, en juin dernier, après huit mois d’emprisonnement. Mais elle devait jusqu’alors vivre dans une maison de transition.

Il lui sera dorénavant permis de s'installer dans un appartement avec un colocataire.

Mme Lovett devra tout de même poursuivre ses séances de soutien thérapeutique. Elle n’est par ailleurs pas autorisée à s’occuper de personnes âgées de moins de 18 ans ou en position de vulnérabilité.

Alberta

Négligence criminelle