•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès à la propriété : Toronto toujours inabordable même avec l'aide du fédéral

Maison à vendre.

Les prix de l'immobilier continuent de grimper à Toronto.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

Grâce à son incitatif à l'achat d'une première propriété, le gouvernement de Justin Trudeau affirme pouvoir aider des milliers de jeunes familles à entrer dans un marché immobilier difficile d'accès. En Ontario, la mesure aura un effet surtout à l'extérieur de Toronto.

Véronique Audette a habité plusieurs années à Toronto. Lorsqu’est venu le temps de s’acheter une première propriété, la jeune femme s’est tournée vers Hamilton.

Même les appartements à louer à Toronto, c’était pas faisable, c’était 3000 piasses par mois pour un trou, alors je me suis dit : "C’est le temps de revenir à Hamilton", confie-t-elle avec humour, dénonçant les hausses des prix de l’immobilier dans la métropole.

L’incitatif à l’achat d’une première propriété, prévu dans le nouveau budget fédéral, est conçu pour rendre l’accession à la propriété plus abordable pour les acheteurs d’une première habitation, et est destiné à aider des gens comme Mme Audette.

Une jeune femme se tient sur un tabouret devant son bureau où elle fabrique des bijoux.

Véronique Audette, résidente de Hamilton

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Essentiellement, le gouvernement prêtera entre 5 % (pour une habitation existante) et 10 % (pour habitation nouvellement construite) de l’hypothèque d’une maison.

Ce prêt sera remboursable plus tard, lors de la revente par exemple. Ainsi, les paiements mensuels des acheteurs seront moins élevés.

Ça devrait, espérons-le, leur [les premiers acheteurs] donner une solution créative de rentrer sur le marché, juge Mike Heddle, courtier immobilier à Hamilton.

Un homme en costume se tient devant l'escalier d'une maison à vendre.

Mike Heddle est courtier immobilier à Hamilton.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Il croit que la mesure pourrait aider certains millénariaux à acquérir leur première propriété... à condition de sortir de la Ville-Reine.

L’hypothèque et le prêt doivent valoir un maximum de 480 000 $, mais l’an dernier le prix moyen d’une maison à Toronto s’élevait à 700 000 $.

Malgré tout, l’incitatif suscite de l’espoir pour Véronique Audette : C’est sûr que je vais appliquer, affirme-t-elle.

Le nouveau programme devrait être lancé en septembre et ne sera disponible que pour les ménages dont le revenu annuel ne dépasse pas 120 000 $ par année.

Il est prévu qu’environ 100 000 acheteurs d’une première propriété soient en mesure de bénéficier de l’incitatif au cours des trois prochaines années, précise le site du budget fédéral.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette

Toronto

Politique fédérale