•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-détenu dit n’avoir pas reçu de traitement contre la dépendance en prison

Un homme regarde à travers les barreaux de sa cellule.
41 détenus sont morts de surdose entre 2010 et 2018, selon l'enquêteur correctionnel du Canada. Photo: Getty Images / Peter Macdiarmid
Radio-Canada

Rob MacDonald affirme que, dans les quatre pénitenciers où il a été détenu, dont la prison Kent à Agassiz, en Colombie-Britannique, et l'Établissement de l'Atlantique à Renous, au Nouveau-Brunswick, l'administration n'a pas respecté son droit de recevoir des soins contre la toxicomanie.

L’ex-détenu dit avoir présenté 150 demandes, probablement 70 plaintes, pendant 15 mois pour soigner sa dépendance aux opioïdes. Il aurait finalement été placé sur une liste d’attente.

L'homme de 41 ans craignait que ses 15 années de dépendance le ramènent vers la criminalité.

Je me suis dit: "Wow, je ne peux pas croire que je vais me retrouver dans la rue avec cette dépendance".

Rob MacDonald, ex-détenu de la prison de Kent

Rob MacDonald est resté incarcéré dans l'établissement Kent de 2017 à 2019 pour des infractions liées à la drogue et des vols. Rob MacDonald affirme avoir subi les effets débilitants du sevrage, à tel point qu’il s’est tourné vers des drogues contenant du fentanyl introduites clandestinement.

Le recours à ces drogues lui a fait craindre pour sa vie. Au moins huit gars sont morts au cours des 17 ou 18 mois que j'ai passés à Kent, dit-il.

À sa sortie de prison, début mars, Rob MacDonald a été orienté vers une clinique de Halifax. Il suit maintenant un traitement à base de Suboxone, un substitut aux opioïdes obtenu sur ordonnance.

L'enquêteur correctionnel prend position

Rob MacDonald croit qu'il aurait dû recevoir les médicaments en prison dans le cadre du programme de traitement de l'agence fédérale, qui inclut également de la méthadone.

L'enquêteur correctionnel du Canada, Ivan Zinger, souligne que le Service correctionnel a échoué à fournir le traitement, les programmes et le personnel adéquats à de nombreux détenus aux prises avec un problème de toxicomanie.

Des détenus très dépendants qui ont beaucoup de temps et qui sont dans des conditions de détention parfois difficiles trouveront le moyen de faire entrer de la drogue.

Ivan Zinger, enquêteur correctionnel du Canada

Ivan Zinger affirme que le budget dédié aux soins en prison n’a pas suivi l’augmentation du nombre de surdoses, qui se sont conclues par la mort de 41 détenus entre 2010 et 2018.

Pour sa part, le Service correctionnel indique, dans un communiqué, que le nombre de prisonniers ayant eu accès à un traitement au cours des deux dernières années a augmenté de 66 %, et de 115 % dans la région du Pacifique, où la crise des opioïdes est la plus grave.

Avec les informations de La Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Dépendances