•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2019 : l'industrie touristique s'attend à moins de retombées économiques

La plage Parlee est la plus populaire du Nouveau-Brunswick, ayant été visitée par plus de 353 000 personnes en 2016, selon le ministère du Tourisme.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le budget du ministère du Tourisme du Nouveau-Brunswick passe de 20 à 13 millions $ en 2019. Les compressions toucheront principalement les campagnes promotionnelles, le fer de lance pour attirer de nouveaux touristes canadiens et américains.

Les plages, l'eau chaude et les festivités acadiennes sont mises de l'avant pour attirer les touristes canadiens et américains au Nouveau-Brunswick. Des milliers de dollars sont investis en publicité tous les ans.

Quel secteur sera le plus durement touché par le sabrage de 35 % du budget en tourisme?

Ça peut être dans les campagnes de marketing, indique le vice-premier ministre Robert Gauvin. Il n’y a pas d'attractions majeures qui vont être coupées.

Plusieurs secteurs économiques dépendent de l’afflux touristique annuel. Les propriétaires de restaurants le long de la côte font partie du lot.

Des compressions dans le tourisme, c’est un contresens, s’inquiète Sébastien Després, propriétaire de trois entreprises à Shediac. Son chiffre d'affaires repose en grande partie sur le tourisme.

Sébastien Després, propriétaire du Bistro ludique Le Moque-Tortue.

Sébastien Després, propriétaire du Bistro ludique Le Moque-Tortue.

Photo : Radio-Canada / Anthony Azard

Chaque dollar qu'on dépense à faire du marketing pour le tourisme, on en reçoit beaucoup plus en retour, dit-il. C'est limiter un des meilleurs marchés qui amène du nouvel argent dans la province.

Conséquences à long terme

Ce choix budgétaire devrait épargner la saison estivale 2019, croit le professeur en marketing des loisirs, des sports et du tourisme à l’Université de Moncton, Marc LeBlanc.

Les campagnes publicitaires sont déjà bien entamées pour cet été, estime M. LeBlanc. Il craint toutefois des répercussions plus graves pour les années suivantes.

Avec de l'argent en moins pour convaincre les gens de venir au Nouveau-Brunswick, il va définitivement y avoir moins de retombées, croit-il.

L'industrie du tourisme emploie environ 30 000 personnes annuellement. Avant de tirer la sonnette d'alarme, l'Association du tourisme du Nouveau-Brunswick préfère attendre les détails de ces compressions.

On ne sait vraiment pas comment ça va affecter l'industrie alors pour le moment, on n'est pas paniqués encore, affirme la PDG de l’Association de l'industrie du tourisme du Nouveau-Brunswick, Carole Alderdice.

Le ministère du Tourisme avait bénéficié d'augmentations budgétaires au cours des dernières années en raison d'événements d'envergures comme le 150e anniversaire de la Confédération, en 2017. La chute du budget serait donc un retour aux figures du passé.

Après une apparition dans le palmarès 2019 des destinations touristiques du quotidien français Le Monde, la province devra se démarquer avec des outils promotionnels limités pour l’été 2020.

D'après un reportage de Marielle Guimond

Nouveau-Brunswick

Tourisme