•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ligue interscolaire pour les adeptes de jeux vidéo

Des jeunes jouent à des jeux vidéos dans une salle de classe.
Une nouvelle forme de compétition est arrivée dans les écoles secondaires du Manitoba avec le lancement d'une ligue de eSport. Quatorze équipes de 11 élèves se rencontrent une fois par semaine pour disputer un match en ligne. Photo: Radio-Canada / Holly Caruk
Radio-Canada

Les élèves du secondaire de Winnipeg ont trouvé une nouvelle façon de se mesurer aux élèves d'autres écoles sur le plan sportif. À un détail près, la compétition a ici déserté le gymnase ou la piste d'athlétisme pour se faire en ligne.

Le eSport, une forme de compétition qui se dispute par le biais des jeux vidéo, est désormais pratiqué dans certaines écoles du Manitoba réunies au sein de la nouvelle Ligue scolaire de sports électroniques du Manitoba.

« Les écoles secondaires en ont fait une nouvelle activité extrascolaire et désormais les établissements s'affrontent à travers le eSport », explique le directeur du Louis Riel Arts & Technology Centre (LRATC), Brian Cameron.

Ça a vraiment pris de l'ampleur, c'est une autre manière pour les élèves de prendre part à une compétition et c'est une occasion pour des jeunes qui ne pratiquent pas de sport de faire partie d'une équipe.

Brian Cameron, directeur du Louis Riel Arts and Technology Centre

L'idée de la ligue a commencé après que les élèves de l'école se soient lancés un défi en ligne, puis ont finalement amené leurs amis d'autres écoles. Au cours des deux dernières années, 11 écoles secondaires comptant 14 équipes se sont jointes à la ligue.

Huit jeunes élèves posent devant la caméra dans une salle de classe.L’équipe du Louis Riel Arts & Technology Centre (LRATC) n’a pas encore de nom officiel. La plupart des écoles utilisent le même nom de mascotte que les autres équipes sportives dans les écoles, mais l'école professionnelle n'a pas de programme sportif. Photo : Radio-Canada / Holly Caruk

« Nous pouvions voir que cela grandissait, que c'était un domaine d'intérêt avec lequel les enfants connectaient vraiment », poursuit Brian Cameron.

L’école a choisi le jeu League of Legends, un jeu de combat en ligne multijoueurs très apprécié des élèves du secondaire et facile à jouer en équipe, pour son entrée dans la ligue.

« Je vois ça comme une occasion de faire connaissance, parce que nous venons tous de différentes écoles », raconte Kaiden Roach, 16 ans.

Les étudiants du LRATC proviennent de diverses écoles secondaires. Ils y sont pour suivre une formation professionnelle tout en complétant leur diplôme d'études secondaires.

Aucun programme sportif n’est proposé en dehors de l’école, alors pour certains des élèves de l’équipe de jeu, la ligue est leur chance d’appartenir à quelque chose.

« Je voulais juste m'amuser, rencontrer de nouvelles personnes et essayer de rivaliser avec d'autres personnes dans la province », déclare Mikko Lopez, capitaine officieux de l'équipe du LRATC.

Une ligue particulière

Les équipes de la ligue interscolaire sont composées de cinq à dix élèves de la 9 e à la 12 e année. Les écoles peuvent avoir jusqu'à deux équipes dans la ligue et toutes les écoles de la province peuvent y participer.

« Ce qui est bien avec le eSport c'est que les enfants ne doivent pas être physiquement présents pour participer aux compétitions, souligne Brian Cameron. Nous pouvons avoir des élèves de Thompson qui affrontent des élèves d'Emerson. »

Un homme blanc porte une barbe blanche et une chemise bleu dans un couloir d'école.Brian Cameron, le directeur du Centre des arts et de la technologie Louis Riel, estime que la ligue de jeu en ligne permet à tous les élèves de participer à une activité scolaire et de renforcer les compétences en matière de travail d'équipe. Photo : Radio-Canada / Holly Caruk

« Nous avons des jeunes de tous les horizons qui rivalisent et jouent ensemble, s'entendent et s'amusent ensemble dans ce nouveau format », se félicite Brian Cameron.

Les équipes ont inauguré la saison le 6 mars et disputeront deux matchs consécutifs chaque mercredi jusqu'à la fin avril.

Jouer en ligne signifie que les élèves n’ont pas à se déplacer pour jouer, ce qui permet de minimiser les coûts du programme.

« Il n'y a pas de gymnase à réserver. Il n'y a pas d'arbitrage à payer. C'est aussi simple que de s'asseoir devant un ordinateur, planifier un horaire et concourir », note Brian Cameron.

Les joueurs utilisent les ordinateurs de l’école et possèdent déjà le nécessaire, comme des écouteurs et des claviers de jeux.

Travail en équipe

Chaque équipe paie 75 $ pour couvrir les coûts de la ronde de championnat, qui se tiendra dans le gymnase du LRATC le 27 avril et sera projetée sur un écran pour le public.

Les gagnants recevront un trophée ou une bannière à exposer dans leur école, et la ligue compte également créer un site Web.

« Je veux seulement que les gens sachent que l'eSport est aussi un sport. Ce ne sont pas que des gens assis, qui jouent », souligne Mikko Lopez, qui admet jouer environ cinq heures par jour.

Brian Cameron indique que les parents ont vu d'un bon oeil la création de la ligue et ont été séduits par l'accent mis sur le travail d'équipe.

Mikko Lopez avoue tout de même que convaincre ses parents n'a pas été facile.

« Au début, ils ont dit que je courrais à ma perte », s'amuse le jeune homme.

« Les jeux vidéo nous aident réellement à construire nos réflexes et améliorent nos temps de réaction dans la vie réelle », ajoute celui qui souhaite poursuivre une carrière dans la conception de jeux ou la technologie informatique.

Le eSports est un moyen pour toute l’école de s’impliquer, indique Brian Cameron, qui explique que plusieurs élèves suivent les compétitions et les diffusent en ligne.

Un jeune homme porte des lunettes et un chandail bleu et blanc, photographié dans une salle de classe.Mikko Lopez, 18 ans, est le capitaine non officiel de l'équipe de la Louis Riel Arts & Technology Centre (LRATC) et le joueur le plus expérimenté. Photo : Radio-Canada / Holly Caruk

Lorsque la ligue a débuté, Brian Cameron se souvient qu'il y avait plus de gens qui regardaient le match de démonstration en ligne que lors d'un récent match de football qui avait également été diffusé en ligne.

Un sport avec des spectateurs

Dans le monde entier, la retransmission des compétitions eSports en ligne est une tendance qui ne se dément pas. De nombreux tournois offrant des prix d'une valeur de plusieurs millions de dollars et même les établissements d'enseignement postsecondaire s'impliquent dans les compétitions.

« Les principaux collèges et universités d'Amérique du Nord recrutent actuellement des athlètes de eSport pour qu'ils les représentent lors de compétitions », note Brian Cameron.

Tous les joueurs du LRATC disent regarder des compétitions de sports en ligne en plus de jouer, afin d’améliorer leurs compétences.

« Je fais souvent les deux en même temps », confie Colin MacPherson, 16 ans.

Avec des informations de Holly Caruk, CBC Manitoba.

Manitoba

Jeux vidéo