•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colombie-Britannique : les défis d'une communauté francophone dispersée

Les kiosques des organismes francophones. Deux personnes discutent au deuxième plan.
Journée Rendez-vous de la Francophonie à Vancouver Photo: Radio-Canada
Alix-Anne Turcotti

Une trentaine d'organismes vancouvérois se sont réunis à Robson Square pour présenter différents services destinés aux francophones. En plus d'informer la population, cette journée permet aussi aux partisans de la langue française de discuter de l'avenir et des enjeux de la francophonie en Colombie-Britannique.

À 18 ans, Ashton Ramsay s'implique depuis 8 ans dans le milieu francophone. Originaire de la Colombie-Britannique, il est fier de parler le français. Il a décidé de créer un calendrier qui répertorie toutes les activités en français dans la province.

Ashton Ramsay aux journées de la francophonie à Vancouver. Il est debout devant son kiosque d'information. Il sourit. Ashton Ramsay, qui est étudiant, a créé un calendrier qui répertorie les activités francophones de la Colombie-Britannique. Photo : Radio-Canada

Je trouve qu’on est très répartis à travers la province. C’est difficile de tout remettre dans un centre, alors c’est pour ça que j’ai créé le calendrier francophone, pour travailler sur cet enjeu-là.

Ashton Ramsay, étudiant

Le jeune homme estime que le français lui permet d’ouvrir ses horizons au quotidien et d'élargir ses contacts professionnels.

D’ailleurs, pour le président du comité organisateur de cette journée, Jesse Fleming, c’est tout un défi de réunir les francophones et de les aider à s’épanouir dans une province en majorité anglophone.

Jesse Flemming sourit à la caméra.Le président du comité organisateur du Rendez-vous de la Francophonie, Jesse Fleming, déploie des efforts pour attirer les francophones dans la province. Photo : Radio-Canada

 On ne veut pas que les gens qui parlent français déménagent à l’autre bord du pays , déclare-t-il.

Pour cela, il est important, selon lui, de rapprocher toutes les communautés francophones et anglophones et de faire la promotion du français.

La directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique, Marie-Andrée Asselin, constate avec beaucoup d'enthousiasme un engouement pour la langue française parmi les jeunes Britanno-Colombiens.

Marie-Andrée est debout, elle regarde la caméraLa directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique, Marie-Andrée Asselin, est fière des jeunes qui s'impliquent pour promouvoir la langue française. Photo : Radio-Canada

On voit beaucoup de jeunes qui veulent s’impliquer dans la francophonie et qui sont très dynamiques, et ça me réjouit. C’est notre but, transmettre la francophonie aux générations futures.

Marie-Andrée Asselin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique

Marie-Andrée Asselin rappelle qu’il y a encore des défis concernant la langue française en Colombie-Britannique, notamment en éducation. Elle souligne l'enjeu des écoles francophones qui se battent encore pour obtenir des écoles comparables à celles des anglophones.

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie