•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bouteilles d’eau bannies pour de bon à l’Université Laval

Les bouteilles d’eau bannies pour de bon à l’Université Laval
Alexandre Duval

L'Université Laval met le dernier clou dans le cercueil de l'eau embouteillée sur son campus. À compter du 1er septembre prochain, il sera impossible d'acheter une bouteille d'eau en plastique sur le campus, y compris dans les machines distributrices.

La décision prise lundi par la direction arrive alors que les points de vente d’eau embouteillée sont déjà plutôt rares sur le campus.

Au cours des dernières semaines, l’entreprise Sodexo et la Confédération des associations étudiantes de l’Université Laval (CADEUL) ont en effet banni volontairement les bouteilles d’eau dans leurs points de vente, tels que les cafétérias ou le Pub de l’Université.

« On n’a jamais été dans une approche où on demandait, on obligeait, on imposait des décisions », rappelle la porte-parole de l’Université Laval, Andrée-Anne Stewart.

Voyant que la sensibilisation a porté ses fruits auprès des principaux exploitants alimentaires, l’administration a donc choisi d’appliquer une interdiction totale.

Quand plus personne n’achète des bouteilles d’eau, c’est parce que c’est vraiment le temps qu’on les interdise sur le campus.

Andrée-Anne Stewart, porte-parole de l'Université Laval
Andrée-Anne Stewart, porte-parole de l'Université LavalAndrée-Anne Stewart, porte-parole de l'Université Laval Photo : Radio-Canada

Les responsables des autres services alimentaires, tels que les cafés étudiants, ont tous été rencontrés, assure Mme Stewart. Ils seront donc prêts pour l’entrée en vigueur de la directive, à la prochaine rentrée.

Décision au goût aigre-doux

À travers sa campagne À Laval, buvons local!, l’organisme étudiant Univert Laval militait depuis 2010 pour que les bouteilles d’eau soient bannies du campus.

Les deux coordonnatrices de la campagne, Marie-Christine Paré et Monica Gagnier, sont satisfaites de la décision de l’administration. Elles se demandent toutefois d’où vient cette impulsion soudaine.

Ça fait tellement longtemps qu’on leur demande et ils nous disent non depuis tellement d’années!

Marie-Christine Paré, co-coordonnatrice de la campagne À Laval, buvons local!

Mme Paré indique qu’il y a un mois à peine, des étudiants ont été rencontrés par l’administration, qui « montrait encore une certaine réticence » à interdire formellement l’eau embouteillée.

La jeune femme se réjouit néanmoins que l’objectif ultime soit atteint.

« On est vraiment content qu’ils le fassent enfin », dit-elle.

L’influence étudiante

La CADEUL, qui avait déjà interdit l’eau embouteillée dans ses six points de vente en février dernier, salue également la décision de l’Université.

Son président, Mathieu Montégiani, est convaincu que les efforts des étudiants qui gèrent les concessions alimentaires ont contribué à tracer la voie.

Ça permet de voir qu’une administration étudiante, ça permet d’aller plus vite qu’une administration universitaire.

Mathieu Montégiani, président de la CADEUL

L’entreprise Sodexo a profité de la relâche pour retirer toutes les bouteilles d’eau de ses points de vente sur le campus. Chaque année, elle en vendait environ 10 000.

Des bouteilles d'eau réutilisablesSodexo vend désormais des bouteilles d'eau réutilisables. Photo : Radio-Canada

À la reprise des cours, cependant, peu d’étudiants ont montré de la résistance, selon le directeur général de l'entreprise à l'Université Laval, Jean-William Charest.

On a été agréablement surpris de voir que la majorité de nos consommateurs étaient vraiment pour le changement et avaient apprécié le fait qu’on mette à leur disposition des fontaines et des bouteilles d’eau réutilisables.

Jean-William Charest, président de Sodexo à l'Université Laval

D’autres gestes à venir?

L’Université Laval n’entend toutefois pas s’arrêter là. La porte-parole Andrée-Anne Stewart indique qu’une étude sera faite au cours de la prochaine année pour connaître les effets du retrait des bouteilles d’eau sur les comportements des consommateurs.

La réflexion se poursuivra pour diminuer la consommation d’autres types de boissons, comme les jus, qui sont vendus dans des bouteilles de plastique.

Des bouteilles de Vitamin Water en vente dans des bouteilles en plastique à la cafétériaLes jus demeurent toutefois vendus dans des bouteilles de plastique. Photo : Radio-Canada

L’Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AÉLIÉS) souhaite d’ailleurs que l’Université redouble d’ardeur dans ses initiatives de développement durable.

Le bannissement de l’eau embouteillée est un « pas dans la bonne direction », selon le président Kevin Villeneuve-Tremblay, mais l’Université doit en faire davantage notamment pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

« On sait par exemple que l’Université Laval veut diminuer le nombre d’espaces de stationnement, mais nous, on voudrait que ça aille plus vite », ajoute-t-il.

Québec

Consommation