•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'immersion française de nouveau menacée à une école du Grand Sudbury?

Élève au travail
Les classes de 7e et de 8e du programme d'immersion française de l'école Saint James ont été sauvées in extremis en 2017. Photo: Radio-Canada
Bienvenu Senga

Des parents d'élèves de l'école élémentaire Saint James de Lively, dans le Grand Sudbury, craignent de devoir se battre de nouveau pour maintenir les classes de 7e et de 8e années en immersion française.

Selon le conseil scolaire catholique anglais de Sudbury, des parents de Lively ont demandé mardi que le transport scolaire soit rétabli pour les élèves de 7e et de 8e année de la localité qui choisissent de fréquenter l’école secondaire catholique Saint Benedict, dans le sud du Grand Sudbury.

Le service avait été interrompu en 2017, dans l’espoir de garder le plus d’élèves possible à l’école élémentaire catholique de Lively. Avant de se raviser, le conseil scolaire avait d’abord voulu fermer les classes de 7e et de 8e année du programme – aussi disponibles à l’école Saint Benedict – en raison du faible nombre d’élèves, suscitant la grogne de nombreux parents.

Effectifs du programme d’immersion française à l’école Saint James :

2016-2017 :

  • 7e année : 3
  • 8e année : 1

2017-2018 :

  • 7e année : 2
  • 8e année : 4

2018-2019 :

  • 7e année : 7
  • 8e année : 2

La demande reçue par le conseil scolaire inquiète Melanie Desloges qui réside Lively et dont la fille est inscrite en 3e année à l’école Saint James. Elle rappelle que l’engagement pris par le conseil scolaire en 2017 était d’une durée de quatre ans.

Il y a des raisons évidentes, au niveau de la langue, d’être dans le programme d’immersion française. Mais c’est encore plus important de rester dans sa communauté, d’avoir un sens d’appartenance et de leadership, explique-t-elle.

[Les] 7e et 8e années scolaires sont des années qui commencent à être difficiles dans la vie d’un enfant et lorsque l’enfant s’éloigne, il perd son ancrage dans la communauté.

Melanie Desloges, résidente de Lively

Malgré les multiples demandes, le conseil scolaire a refusé de confirmer si les classes de 7e et de 8e années d’immersion française allaient être maintenues au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire 2020-2021.

Dans un courriel envoyé mercredi à Radio-Canada, la directrice de l’éducation Joanne Bénard indique simplement que la décision relative à la demande [de modification de la zone de transport scolaire] sera prise lors d’une rencontre ultérieure.

Il n’y a pas eu de discussion lors de la rencontre de la soirée dernière [mardi] sur le programme d’immersion française, écrit-elle.

Mais la déclaration ne rassure en rien Melanie Desloges.

Comment puis-je faire confiance à un conseil qui nous a promis quatre années de plus et essaie maintenant de changer d’avis?

Melanie Delsoges, résidente de Lively

Elle précise aussi que certains élèves actuellement inscrits à l’école Saint James devraient passer plus d’une heure en autobus pour se rendre à l’école Saint Benedict, si les classes d’immersion française étaient abolies.

Des raisons non valides, selon le conseil d’école

La coprésidente du conseil d’école, Mia Gedye, était présente à la réunion de mardi soir.

Elle affirme que le groupe de parents qui a demandé la modification de la zone de transport scolaire avait comme principal argument l’offre plus diversifiée d’activités parascolaires à l’école Saint Benedict.

J’aurais aimé que les parents s’adressent d’abord au conseil d’école pour voir si nous pouvons faire quelque chose, affirme-t-elle, soulignant la création récente de deux équipes de hockey-bottine à la demande de parents.

Nous sommes chanceux à Lively, nous avons une forte communauté francophone et anglophone ici et je veux garder ça ici.

Mia Gedye, coprésidente du conseil d’école à l’école Saint James

Mme Gedye est d’avis que le rétablissement du transport scolaire vers l’école Saint Benedict pourrait aussi avoir pour effet une réduction des effectifs dans les classes anglaises de 7e et de 8e année à Saint James.

Nord de l'Ontario

Éducation