•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Windsor ne ferait rien différemment dans l'affaire de l’appel au 911 passé depuis le domicile du chef de la police de sa ville

Trois hommes avec des papiers dans les mains.

Le chef de police de Windsor, Al Frederick, le maire de Windsor, Drew Dilkens, et le maire Amherstburg, Aldo DiCarlo.

Photo : Service de police de Windsor

CBC

Le maire de Windsor, Drew Dilkens, a affirmé mardi qu'il agirait de la même façon dans l'éventualité où une crise similaire à celle qui s'est produite chez le chef de police de Windsor, Al Frederick, se reproduisait. Cette affaire concernait un appel au 911 passé le 12 novembre dernier depuis le domicile de M. Frederick. Les officiers avaient alors dû intervenir à la maison de leur patron, les plaçant en situation de conflit d'intérêts et suscitant par la suite de vives critiques.

Dans une entrevue réalisée par CBC, le maire de Windsor a affirmé avoir une confiance absolue envers les services de police de Windsor, en écho à cette affaire.

Une déclaration qui survient alors que de nouveaux détails sur l'appel passé depuis le domicile de M. Frederick ont été divulgués par CBC et le Windsor Star après l'obtention de nouveaux documents.

Dans ces rapports, des informations professionnelles ont été expurgées, afin de protéger l’identité des personnes impliquées.

Un homme en uniforme policier fait face à la caméra. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de police de Windsor, Al Frederick, reconnait qu'un appel 911 lancé de sa résidence s'est produit en novembre dernier.

Photo : CBC

Ce que les documents dévoilent

Dans ces documents, le rapport de la Police provinciale de l’Ontario (PPO) (Nouvelle fenêtre) a presque complètement été noirci.

Toutefois, le maire avait divulgué quelques-unes des pages du rapport au début de la crise. Ces pages soutenaient qu’aucune action criminelle n’avait été enregistrée en lien avec l’enquête.

On peut y lire des échanges de courriels entre des membres du comité de la police, la PPO et M. Dilkens.

Les noms des enquêteurs de la PPO qui sont venus à Windsor le 4 décembre y sont mentionnés, en plus de leurs contacts à la ville.

Il est cependant impossible de déterminer à qui les agents de la PPO ont parlé parce que les noms des témoins ont été caviardés.

Un homme parle à des journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Drew Dilkens, le maire de Windsor.

Photo : CBC / Jason Viau

La procédure interne

Dans une lettre datant du 21 novembre 2018, le maire Dilkens demande à la PPO d’ouvrir une enquête sur l’appel au 911 provenant de la maison du chef de police.

Il y souligne aussi toutes les procédures qui ont été suivies à la suite de l’appel, que le maire qualifie d’appropriées et d'intègres.

M. Dilkens a de plus statué dans sa lettre que la Commission des services policiers de Windsor révisera ses politiques avec l’intention de donner une direction plus claire à ses membres dans l’éventualité où un appel d’urgence venant de la maison du chef se reproduise.

Depuis novembre, aucune mention d’une nouvelle politique n’a été faite aux médias.

Windsor

Politique municipale