•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines d’enseignants expérimentés démissionnent de la CSDM

Photo stock d'élèves en classe.
Depuis le début de l'année scolaire, 68 enseignants ont démissionné de la CSDM. Photo: iStock
Marie-Eve Cousineau

De nombreux enseignants de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) osent quitter leur permanence pour enseigner dans une région plus près de chez eux, ce qui représente un nouveau défi pour la CSDM.

C'est le cas de Marie-France Ratelle, qui a enseigné pendant 23 ans à la CSDM. Il y a deux ans, elle a démissionné pour aller travailler dans une école plus près de son domicile, à Lavaltrie. « Vivre le trafic, c'est le stress », dit la mère de trois enfants.

En quittant la CSDM, Marie-France Ratelle a perdu toute son ancienneté. Mais elle a pu décrocher un poste dans sa région à la Commission scolaire des Samares. Elle a d’abord enseigné dans une école primaire de Saint-Lin-des-Laurentides, puis elle a obtenu cette année une classe dans un établissement à Lavaltrie, à deux pas de chez elle. « J'ai eu ma permanence dès le départ », dit-elle.

Un nouveau phénomène

Depuis le début de l'année scolaire, 68 enseignants ont démissionné de la CSDM. « De ces 68, il y en a 38 % qui avaient 10 ans et plus d'expérience », dit France Laurent, directrice adjointe au service de la gestion des personnes et du développement des compétences.

Difficile de savoir, toutefois, combien exactement ont fait le saut vers une autre commission scolaire. La CSDM demande aux démissionnaires les motifs de leur départ. Près de 25 % répondent la conciliation travail-famille et 15 % un travail dans un autre lieu d’enseignement.

« 30 % indiquent que c'est pour des raisons personnelles, ajoute Francine Fleury, directrice générale adjointe à la gestion des personnes et aux pratiques d'encadrement. Est-ce que c'est pour aller nécessairement vers d'autres commissions scolaires? Ou encore retourner aux études? Ou ils ne souhaitent pas préciser à l'employeur la raison exacte du départ? ».

L’Alliance des professeurs de Montréal croit qu’il s’agit d’un nouveau phénomène. En septembre dernier, le syndicat a rendu public un sondage qu’il a commandé. Environ 1 200 membres y ont participé. Un répondant sur 10 y affirme qu’il se voit enseigner dans une autre commission scolaire dans 5 ans.

L’Alliance montre du doigt les conditions de travail difficiles à la CSDM.

Quand on va dans les écoles, les appels qu'on a au quotidien des profs, c'est pour souligner une détresse devant l'ampleur de ce qu'on leur demande, avec le peu de ressources qu'on leur offre.

Catherine Renaud

Des mesures de rétention

La CSDM souligne qu’elle a mis en place des mesures de rétention. Elle mise notamment sur un programme d'insertion professionnelle. Jusqu’à présent, 340 enseignants d'expérience ont été formés pour accompagner les recrues.

« Ils agissent comme des mentors, dit France Laurent. Ça aussi, c’est très mobilisant. »

La commission scolaire dit aussi travailler avec ses directions d’établissement pour valoriser les enseignants.

La CSDM soutient également qu’elle attire chaque année une quinzaine d'enseignants d'expérience provenant d'autres commissions scolaires.

Grand Montréal

Éducation