•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travaux sur la route 11 : les ministres progressistes-conservateurs se contredisent

Un panneau de la route 11.
La route 11 traverse le Nouveau-Brunswick du nord au sud, sur la côte est de la province. Photo: Radio-Canada
Anaïs Brasier

Le ministre des Transports contredit les propos du ministre des Finances du Nouveau-Brunswick. Les travaux sur la route 11 envisagés par les progressistes-conservateurs ne permettront pas l'élargissement des voies jusqu'à Bouctouche, mais seulement sur une portion de 3,6 km entre Cocagne et Bouctouche.

Le ministre des Finances Ernie Steeves a dit vouloir achever à prix abordable l’élargissement à quatre voies jusqu’à Bouctouche, lors de la présentation du budget mardi.

Pour ce faire, le Nouveau-Brunswick demandera au fédéral de modifier la portée du projet pour avoir accès au financement sans avoir à faire d’élargissement sur les ponts.

Doublerez-vous la route 11 jusqu’à Bouctouche peu importe la réponse du fédéral ?, a demandé un journaliste au ministre des Finances. Nous le ferons tant que le fédéral permet les changements concernant les ponts, a-t-il répondu.

Ce n’est pas ça le plan.

Bill Oliver, ministre des Transports du Nouveau-Brunswick
Le ministre en point de presse à l'Assemblée législativeBill Oliver, ministre des Transports du gouvernement progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada

Le ministre des Transports du Nouveau-Brunswick, Bill Oliver, a fortement nuancé les propos d’Ernie Steeves au lendemain du budget : l’élargissement de la route 11 ne se fera pas au complet entre Cocagne et Bouctouche. Il ne sera complété que sur une portion de 3,6 km de la route qui fait, au total, 13 km.

Dans le 13 km entre Cocagne et Bouctouche, il y a un 3,6 km qui a déjà été élargi [pour lequel] tout ce qu’il reste à faire est de paver la route. Le plan des progressistes-conservateurs est simplement de paver ce 3,6 km déjà construit, assure Bill Oliver.

Il n’y aura pas d’élargissement supplémentaire.

Bill Oliver, ministre des Transports du Nouveau-Brunswick

Qui dit vrai ?

Il n’est pas clair qui dit vrai au sujet des plans du gouvernement de Blaine Higgs pour la route 11 entre Cocagne et Bouctouche.

Le maire de Cocagne, Jean Hébert avait toutefois compris que la route entre Cocagne et Bouctouche serait élargie dans son entièreté à l’exception des ponts, à la suite de la présentation du budget du ministre Ernie Steeves. Il a pu s’en réjouir seulement 24 heures.

C’est toujours un peu décevant, on se fiait d’avoir une belle route à quatre voies, et là c’est segmenté.

Jean Hébert, maire de Cocagne
Une enseigne de la municipalité de Cocagne, dans le comté de Kent-Sud, au Nouveau-Brunswick.À Cocagne, on espérait un élargissement de la route 11, pour la sécurité des automobilistes. Photo : Radio-Canada

Le maire de Bouctouche, Roland Fougère, a été rejoint par Radio-Canada avant d’apprendre la version du ministre des Transports Bill Oliver. Il était encore sous l’impression que toute la route entre Cocagne et Bouctouche serait élargie lorsqu’il a commenté la nouvelle et il se disait très content d’apprendre que ses citoyens seraient plus en sécurité avec une route à quatre voies.

Il mentionne même qu’il s’attendait à cette annonce. On surveillait la quatre voies, c’était une de nos préoccupations. On [nous a] dit il y a une couple de mois passés qu’ils allaient la faire la quatre voies de Cocagne à Bouctouche, alors je pense c’est à ça qu’on s’attendait.

Roland Fougère en entrevue.Roland Fougère, maire de Bouctouche, a pu se réjouir pendant quelques heures, pensant que la route 11 serait élargie jusqu'à sa municipalité. Photo : Radio-Canada

L’opposition se dit choquée, mais pas surprise

Le député libéral de Kent-Sud, Benoît Bourque, se dit choqué de l’entendre, mais pas surpris, à l’égard des clarifications données par le ministre des Transports mercredi.

Ça démontre entre une fois que ce gouvernement ne porte pas attention à la route 11 comme il devrait.

Benoît Bourque, député libéral de Kent-Sud.

L’avenir de la route 11 entre Cocagne et Bouctouche semble donc toujours incertain. Surtout que, peu importe qui dit vrai entre Ernie Steeves et Bill Oliver, les travaux dépendent de l’approbation du fédéral, qui s’était montré particulièrement mécontent de l’arrêt des travaux annoncé par les progressistes-conservateurs en décembre dernier.

Ça augure d'une façon assez mauvaise pour la collaboration entre les deux gouvernements quand [il] aura aussi une priorité de financement, avait lancé à l’époque le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales Dominic LeBlanc, sur un ton ferme.

L’incertitude persiste également pour la portion de la route 11 entre Bouctouche et Miramichi. Mardi, le ministre des Finances a simplement dit que le Nouveau-Brunswick allait demander d’autres modifications à la portée des travaux afin de continuer à améliorer la route 11 jusqu’à Miramichi.

Là-dessus, le ministre des Transports ne l’a pas contredit. Il a simplement dit que le gouvernement regardait encore ses options. Impossible donc de savoir en quoi consistent ces améliorations pour l’instant.

Avec des informations de Michel Corriveau et Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale