•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SNC-Lavalin mettra à pied des employés si elle est privée de contrats gouvernementaux

Dans une lettre adressée en 2017 à la ministre responsable de l'approvisionnement, Neil Bruce, président et chef de la direction de SNC-Lavalin a souligné la nécessité d'apporter des changements aux mesures de lutte contre la corruption du Canada «le plus rapidement possible».

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Radio-Canada

Selon le PDG de SNC-Lavalin, l'entreprise devra effectuer des mises à pied si elle ne peut plus obtenir de contrats du gouvernement. Neil Bruce trouve frustrant de voir le scandale associé à SNC-Lavalin alors que l'enjeu est clairement politique, dit-il.

« Nous avons changé notre conseil d'administration et notre gestion, les événements se sont produits avant mon arrivée au sein de la compagnie; nous essayons de mettre tout ça derrière nous. » Voilà ce qu'a déclaré Neil Bruce à l'émission RDI Économie de Gérald Fillion dans le cadre d'un blitz d'entrevues qu'il a accordées, mercredi.

Neil Bruce affirme être, de concert avec les 9000 employés canadiens de la firme, « incroyablement frustré » que le scandale colle à SNC-Lavalin. Selon lui, il s'agit clairement d'un enjeu politique entre des partis en pleine année électorale.

Des accusations de fraude et de corruption pèsent sur l'entreprise montréalaise pour de présumés agissements qui se seraient produits quelque part entre 1999 et 2012, dit M. Bruce en substance. « Mais ils sont rappelés dans les médias comme si tout cela s'était produit il y a deux mois », déplore-t-il.

En février 2015, le gouvernement fédéral, à la lumière d’une enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a accusé SNC-Lavalin d’avoir versé des millions de dollars de pots-de-vin à des responsables du gouvernement libyen pour garantir l’obtention de contrats publics dans le pays.

L'affaire SNC-Lavalin a rebondi à la Chambre des communes à Ottawa lorsque l'ex-procureure générale et ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, eut allégué avoir fait l'objet de tentatives d'ingérence de la part du premier ministre Justin Trudeau et de son entourage. Et ce, dans le but que SNC-Lavalin évite un procès criminel.

Mme Wilson-Raybould soutient que Justin Trudeau lui a demandé de « trouver une solution pour SNC ». Le premier ministre aurait fait valoir qu’il y aurait des pertes d’emploi si l’entreprise devait quitter Montréal.

Justin Trudeau nie avoir fait pression sur l’ex-ministre.

« C'est frustrant » – Neil Bruce

Si elle bénéficiait d'un accord de « poursuite suspendue » ou « accord de réparation », SNC-Lavalin pourrait coopérer et remédier à la situation, plaide le PDG de l'entreprise. Mais la possibilité de bénéficier de pareils accords a été refusée à SNC-Lavalin. « C'est frustrant », a déclaré Neil Bruce.

Advenant qu'elle soit déclarée coupable au terme d'un procès criminel, la firme de génie-conseil se verrait interdire l'octroi de contrats gouvernementaux pour une période de 10 ans. À cette perspective, Neil Bruce évoque d'éventuelles pertes d'emplois, non seulement au sein des 9000 employés de SNC-Lavalin au Canada, mais aussi en Grande-Bretagne, au Moyen-Orient et aux États-Unis.

Dans ses discussions avec le premier ministre Justin Trudeau, M. Bruce confirme avoir parlé d'emplois. « J'ai fait valoir, dit-il, qu'on est passés de 20 000 emplois au Canada en 2012 à 9000 aujourd'hui. »

Questionné à savoir s'il avait évoqué, auprès de Justin Trudeau, combien d'emplois pourraient disparaître advenant une condamnation au criminel, Neil Bruce répond n'avoir « jamais donné de chiffres ».

Tant et aussi longtemps qu'on ne pourra pas mettre tout ça derrière nous, il nous sera difficile de faire croître nos effectifs au Canada.

Neil Bruce, PDG de SNC-Lavalin

Partir de Montréal, une possibilité

Le PDG de SNC-Lavalin dit qu'il n'a pas non plus mentionné au premier ministre Trudeau que l'entreprise pourrait tomber aux mains d'intérêts étrangers. Mais il n'est pas impossible que SNC-Lavalin quitte Montréal, a laissé savoir M. Bruce.

« J'ai dit clairement nombre de fois que nous sommes une compagnie canadienne et fière de l'être, assure-t-il. Nous sommes basés à Montréal et voulons y rester ».

Parmi les actionnaires, 82 % sont canadiens et de gros actionnaires, comme la Caisse de dépôt et placement, procurent à SNC-Lavalin « un soutien fantastique ».

« Nous nous sommes excusés pour ce qui s'est passé, conclut M. Bruce. Nous voulons avancer et construire. »

Politique fédérale

Économie