•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de l'Île d'Orléans disent non au 3e lien

Le pont de l’île d’Orléans photographié en hiver.
Le nouveau pont de l’île d’Orléans ne sera pas livré avant 2027. Photo: Radio-Canada
Jean-François Nadeau

Des résidents de l'île d'Orléans se sont rendus à l'Assemblée nationale, mercredi, pour demander l'assurance que le 3e lien ne passera pas sur l'île. Ils craignent de voir ce site patrimonial saccagé.

Les citoyens ont voulu démontrer ce qu'ils considèrent une contradiction du gouvernement Legault. D'un côté, le Plan de conservation du site patrimonial de l'île d'Orléans exige aux citoyens des règles strictes et des dépenses importantes quand vient le temps de rénover leurs résidences.

De l'autre, le gouvernement Legault n'exclut pas la possibilité que le pont ou le tunnel puisse passer à la pointe de l'île chantée par Félix Leclerc.

« Pourquoi la ministre de la Culture, qui a une responsabilité dans l'application de ces règles, reste-t-elle silencieuse devant la possibilité qu'on passe le 3e lien sur l'île, avec ses tonnes de béton, ses bretelles d'accès, son autoroute à quatre voies, ses poids lourds, son bruit, sa pollution? » demande une résidente, Esther Charron.

Appui de Catherine Dorion

Les citoyens ont l'appui de la députée de Québec solidaire, Catherine Dorion, qui a questionné la ministre de la Culture sur le sujet au Salon bleu.

« Qu'est-ce que la ministre va dire au ministre des Transports quand il va vouloir faire passer une cicatrice en asphalte au beau milieu de notre plus belle île patrimoniale », a demandé la députée.

La ministre de la Culture s'est faite rassurante.

« Il y a des discussions avec les différents ministres qui seront impliqués dans les dossiers de développement routier. L'île d'Orléans, elle est protégée et on va la protéger », a répondu Nathalie Roy.

Aide financière accrue

Le gouvernement du Québec a par ailleurs bonifié l'aide financière accordée aux propriétaires pour la réfection de leurs résidences.

Un montant additionnel de 515 000 $ a été ajouté pour l'exercice financier 2018-2019. L'aide financière maximale totale pour la MRC de l'île d'Orléans s'élève maintenant à 1 546 000 $ pour les années 2019-2020 à 2023-2024.

Le programme d'aide financière précédent prévoyait 300 000 $ à dépenser entre avril 2017 et mars 2019. Or, les besoins sont grands. Le fonds était déjà épuisé en février 2018. Au total, 35 propriétaires figurent toujours sur une liste d'attente pour obtenir du financement pour leurs travaux.

Insuffisant

Pour les citoyens, cette aide additionnelle n'est pas suffisante.

« C'est un grain de sel dans l'océan. Ça ne règle pas du tout le problème. Ces sommes-là doivent être disponibles pour les propriétaires qui veulent d'eux-mêmes restaurer les maisons et non pour se conformer à une exigence du ministère de la Culture », affirme une résidente, Caroline Roberge.

Les citoyens continuent de dénoncer le zèle avec lequel les orientations du Plan de conservation sont appliquées par le ministère de la Culture.

Des dizaines de propriétaires se sont vu refuser ou modifier leur projet de rénovation. Le ministère exige des matériaux aux coûts exorbitants, selon les citoyens, allant même jusqu'à imposer une teinte précise de blanc pour les résidences.

Une maison sur l'île d'OrléansL'application du plan de conservation du site patrimoniale de l'île d'Orléans est jugé trop rigide par de nombreux citoyens. Photo : Radio-Canada

Assouplissements réclamés

Exaspérés, les propriétaires réclament des assouplissements dans l'application du Plan de conservation du site patrimonial de l'île d'Orléans.

« Dans les dernières semaines, ma conjointe et moi on a parlé sérieusement de quitter l'île, parce qu'on voit que la liste des avantages commence à diminuer par rapport aux inconvénients », affirme un propriétaire, Dominic Leclerc.

La MRC, elle réclame que le Plan et son application respectent les pouvoirs des municipalités.

« Le ministère de la Culture se superpose à notre schéma d'aménagement et à nos plans d'urbanisme. On aimerait pouvoir utiliser nos outils de planification plus librement et en fonction de nos besoins », affirme le préfet de la MRC de l'île d'Orléans, Harold Noël.

Des négociations sont en cours entre la MRC et le ministère de la Culture.

Avec les informations de David Rémillard

Québec

Urbanisme