•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’effet protecteur du café contre le cancer de la prostate cerné

Un homme tient une tasse de café.

Les composés sont présents dans le café Arabica. Il faut savoir qu'ils ne se retrouvent pas dans votre café si vous le préparez à partir de filtres.

Photo : iStock

Alain Labelle

La consommation de café est associée à une diminution des risques de développer un cancer de la prostate, depuis déjà plusieurs années. On sait maintenant mieux pourquoi.

Une équipe japonaise a identifié deux composés présents dans le café qui entravent la prolifération et la migration des cellules de ce type de cancer chez la souris.

Dans leurs travaux, le Dr Hiroaki Iwamoto et ses collègues de l’Université Kanazawa ont ainsi montré que l'acétate de kahweol et le cafestol contribuent à inhiber la croissance de cellules cancéreuses qui résistent au cabazitaxel, un médicament utilisé en chimiothérapie pour traiter ce cancer au stade métastatique résistant à l’hormonothérapie.

Le saviez-vous?

Plusieurs études ont montré les bienfaits de la consommation de café contre le cancer de la prostate. En 2013, les travaux de chercheurs américains avaient montré que les hommes qui boivent au moins quatre tasses de café par jour réduisaient de 59 % leur risque de rechute ou de progression, comparativement aux hommes qui buvaient une tasse de café ou moins par semaine.

Une action combinée

Selon les chercheurs, ces deux substances fonctionnent en synergie. Les rongeurs traités avec ces deux composés présentaient une croissance tumorale beaucoup plus lente que ceux qui n’avaient pas été traités.

Après 11 jours, les tumeurs non traitées avaient augmenté d'environ 3,5 fois le volume initial (342 %), alors que les tumeurs des souris traitées avec les deux composés avaient augmenté d'un peu plus d'une fois et demie (167 %) la taille initiale

Dr Hiroaki Iwamoto

Il est important de noter qu’il s'agit d'une étude pilote réalisée sur des cellules cancéreuses résistantes aux médicaments en culture cellulaire et dans un modèle murin. Aucun test n’a pour le moment été mené sur les humains.

D’autres recherches plus approfondies doivent maintenant être réalisées afin de vérifier si cette découverte peut être transposée à l’humain.

Au Canada

  • Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes.
  • Un Canadien sur sept en recevra le diagnostic au cours de sa vie.
  • En 2017, 21 300 Canadiens ont reçu un diagnostic, et 4100 en sont morts.

Au départ, l’équipe nippone avait testé six composés naturellement présents dans le café sur la prolifération in vitro de cellules cancéreuses de la prostate humaine. Ils ont alors constaté que les cellules traitées à l’acétate de kahweol et au cafestol se développaient plus lentement que les autres.

Attention à la surconsommation

Les auteurs de ces travaux, dont le détail est publié dans le journal The Prostate (Nouvelle fenêtre) (en anglais), mettent en garde contre une augmentation excessive de la consommation de café.

« Si ces résultats sont intéressants, ils ne devraient pas pour le moment inciter les gens à modifier leur consommation de café », affirme le Dr Atsushi Mizokami, qui a également participé aux travaux.

Il faut savoir que les composés ne se retrouvent pas dans votre café si vous le préparez à partir de filtres.

La consommation de café a aussi été associée à une réduction du risque de cancers de la peau et du foie, mais aussi d’autres maladies comme l’alzheimer, le diabète de type 2, et certaines maladies cardiaques.

À l’inverse, elle serait néfaste pour les personnes dont la pression est élevée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science