•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Criée d'un manifeste franco-ontarien contre les coupes de Doug Ford

Photo d'un homme portant un chapeau tricorne qui a la bouche grande ouverte et qui tient un parchemin.
Le crieur Daniel Richer lit un manifeste franco-ontarien devant Queen's Park. Photo: Radio-Canada / Philippe de Montigny
Radio-Canada

Des militants francophones et quelques députés provinciaux se sont rassemblés mercredi matin pour marquer la Journée internationale de la Francophonie, près du monument franco-ontarien devant Queen's Park, où un crieur public a lu un manifeste.

Il s'agissait de la première criée du document bilingue dans le cadre d'une tournée provinciale organisée par l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), à la suite des coupes du gouvernement de Doug Ford en francophonie.

Le manifeste interpelle directement le premier ministre Ford, soutenant entre autres que la création d'une université française en Ontario est une dette que la province doit aux francophones.

Le manifeste est un cri du cœur qui fait valoir l’attachement des francophones à la province de l’Ontario ainsi qu’à la culture et la langue françaises. Il reflète le désarroi des Franco-Ontariens de toujours avoir à se battre pour leurs droits.

William Burton, membre du groupe de rédaction du manifeste

Toutes les chances qu'on a, on devrait crier notre fierté, on devrait crier et manifester pour dire que c'est nos droits, dit le député néo-démocrate Guy Bourgouin. On essaie de passer le message au gouvernement de nous ramener notre commissaire, de nous ramener notre université.

Photo d'un jeune homme aux cheveux roux portant un manteau à l'extérieur.William Burton a participé à la rédaction du manifeste. Photo : Radio-Canada

Pour ce qui est du commissaire, c'est dangereux de ne plus avoir personne qui nous défend, affirme William Burton, qui a participé à la rédaction du manifeste. Pour ce qui est de l'université franco-ontarienne, c'est décevant que le projet continue à tarder. Chaque année, on perd une cohorte [d'élèves] de 12e année du sud de l'Ontario qui doivent se déplacer ou carrément aller [étudier] en anglais.

Le manifeste de l'AFO sera remis à la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney.

Le président de l'organisme francophone, Carol Jolin, dit que le recours à un crieur est un moyen original afin de continuer à mettre de la pression sur le gouvernement pour qu'il revienne sur les décisions prises avant les Fêtes.

Le gouvernement Ford fait valoir, de son côté, que des choix difficiles sont nécessaires, compte tenu du déficit provincial que les conservateurs estiment à 13,5 milliards de dollars. Le ministre des Finances, Vic Fedeli, présentera son budget le 11 avril.

Toronto

Politique provinciale