•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions variées en Saskatchewan sur le budget fédéral

Scott Moe s'adressant aux médias lors d'une conférence de presse mardi matin.
Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, applaudit certaines mesures présentées dans le budget fédéral déposé par Bill Morneau mardi, mais critique l'augmentation du déficit.

M. Moe accueille favorablement les mesures visant à connecter tous les Canadiens à l’Internet haute vitesse, ajoutant que les investissements seront très bien accueillis par les Saskatchewanais vivant en zone rurale et dans le nord de la province.

Par ailleurs, dans une déclaration faite au Palais législatif, il dit espérer « que la Saskatchewan, avec sa population en régions rurales et dans le nord de la province, va recevoir une grande partie de ce financement ».

M. Moe critique toutefois l'absence d’un plan vers le retour à l’équilibre budgétaire. Le déficit fédéral pour l’année 2019-2020 sera de 19,8 milliards de dollars.

« Déconnectés de la réalité de la Saskatchewan »

À huit mois des élections fédérales, le quatrième budget de Bill Morneau a été une occasion ratée, affirme Sheri Benson, du Nouveau Parti démocratique du Canada.

« J'ai demandé à ce gouvernement libéral de fournir des fonds pour relancer ou remplacer la Compagnie de transport de la Saskatchewan », déclare la députée fédérale de Saskatoon West. Mme Benson ajoute avoir fait cette demande « plus d'une douzaine de fois au cours des deux dernières années et plus récemment en décembre, au moment de la rédaction du présent budget ».

« C'est une véritable crise, dit-elle. Les Saskatchewanais tirent la sonnette d'alarme, mais le gouvernement libéral demeure introuvable. »

La députée déplore l'inaction du gouvernement dans les dossiers du logement et de l'assurance-médicaments.

« Il n'y a rien dans ce budget pour mettre fin à l'itinérance et les libéraux n'ont aucune intention de mettre en place un régime d'assurance-médicaments à payeur unique. Les libéraux de Justin Trudeau sont complètement déconnectés de la réalité quotidienne de la population de la Saskatchewan », déclare-t-elle.

Formation de la main d'oeuvre

Plusieurs nouveautés se retrouvent dans le budget, dont un investissement de 1,7 milliard de dollars sur cinq ans pour permettre aux travailleurs de s’adapter à la nouvelle réalité du marché du travail.

« Tout incitatif pour aider les personnes à réintégrer ou s'intégrer au marché du travail est toujours une bonne nouvelle parce que ça va contribuer à la productivité de l'entreprise et aussi à l'individu comme tel », se réjouit le directeur général du Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CECS), Robert Therrien.

Un crédit non imposable de 250 $ permettra aux Canadiens de payer leurs frais de formation. Ils pourront aussi s'absenter de leur travail pendant quatre semaines sans craindre de perdre leur emploi, en plus de recevoir 55 % de leur salaire moyen.

Bill Morneau désire aider les aînés en bonifiant l'exemption sur le Supplément de revenu garanti. Les aînés à faible revenu seront désormais en mesure de garder une plus grande partie de leurs gains de travail. Une personne dont le revenu se situe entre 10 000  et 20 000 $ aura 4000 $ de plus dans ses poches.

Médicaments

Ottawa met sur pied l'Agence canadienne des médicaments pour réduire le coût de ces derniers. C'est une excellente nouvelle, estime la présidente de la Fédération des aînés fransaskois.

« Pour certains, les revenus sont plus modestes parce qu'on sait que des fois, les gens ne suivront peut-être pas toute leur prescription, faute d'argent, alors c'est des coûts pour la société aussi si des gens doivent se retrouver aux urgences », précise Jacqueline Plante.

Avec les informations de Gabrielle Proulx, Charles Lalande et CBC

Politique fédérale

Politique