•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'indemnisation doit être revue, disent les usagers de la traverse Matane–Côte-Nord

Le traversier Apollo, endommagé, au quai de Matane alors qu'on voit un panneau d'arrêt en avant-plan.
Le traversier Apollo est à quai en raison d'un bris. Photo: Radio-Canada / Michel-Félix Tremblay
Jean-François Deschênes

Pour les entreprises et les élus des deux rives du fleuve de l'Est-du-Québec, les compensations de 488 000 $ destinées aux usagers de la traverse entre Matane et la Côte-Nord sont insuffisantes. Ils demandent davantage d'argent pour compenser les pertes financières.

Pour livrer leurs marchandises, les entrepreneurs habitués à la traverse doivent faire le tour par Québec depuis des semaines, ce qui signifie des centaines de kilomètres supplémentaires pour la livraison, des heures supplémentaires considérables et des pertes financières importantes.

La compensation offerte aux utilisateurs sera donnée sous forme de crédit pour de prochaines traversées.

Pour le président du Groupe Bouffard de Matane, Dominique Bouffard, ce crédit est insuffisant parce qu’il ne tient pas compte des voyages perdus des dernières semaines. Toute la réorganisation et la planification du transport entre les deux rives engendre des coûts supplémentaires aujourd’hui qui ne sont pas admissibles à ce remboursement. Il y a plein de réservations qu’on n’a pas faites, qu’on a fait le tour par Québec, parce qu’on savait qu’on n’avait pas de services du traversier, donc ça ne couvre pas cet aspect-là, soutient l'homme d'affaires.

De nombreux métaux sur le terrain d'un ferrailleur. Une pelle mécanique travaille au loin.Le Groupe Bouffard se spécialise dans la récupération dont les métaux. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Pour Carl Desbiens, un distributeur de lait de Baie-Comeau, ce dédommagement ne donne rien. Le crédit profite à son distributeur d’Amqui, Natrel, mais il n’a rien pour tout le travail supplémentaire que ça lui occasionne. Il estime ses pertes, jusqu’à présent, à près de 10 000 $. Ça me donne zéro cenne!, lance M. Desbiens.

Je ne veux pas avoir de cartes cadeaux pour prendre le bateau. Moi, ce que je veux, c’est des sous pour payer les employés, pour le temps supplémentaire et pour les pertes en ventes directes qui ont été perdues.

Carl Desbiens, propriétaire, Distribution Carl Desbiens
Le traversier F.-A.-Gauthier, au quai de MataneLe traversier F.-A.-Gauthier, au quai de Matane Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Des élus de l’Est-du-Québec demandent à Québec de hausser les indemnisations pour les entrepreneurs touchés par les déboires de la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout et d’offrir un service de transport constant entre les deux rives. Le député de Matane–Matapédia, Pascal Bérubé, considère notamment que le gouvernement n'évalue pas tous les inconvénients vécus par la population à leur juste mesure.

Même discours du maire de Matane, Jérôme Landry, qui ajoute que la somme de 115 000 $ offerte par Québec pour une campagne de promotion touristique est nettement insuffisante.

Jérôme Landry demande notamment que le gouvernement finance une campagne touristique d'envergure.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports