•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« L’assurance médicament, c’est un champ de compétence du Québec » - Danielle McCann

Des pilules sorties d'un flacon, dispersées sur une surface.
Le Québec possède son propre système d'assurance médicaments depuis 1997. Photo: iStock / Getty Images/Moussa81
Radio-Canada

Au lendemain de l'annonce dans le budget Morneau de la volonté d'Ottawa de créer un système national d'assurance médicaments, la ministre québécoise de la Santé, Danielle McCann, évoque le recours au droit de retrait avec compensation pour défendre le système québécois. Le gouvernement Legault accueille toutefois assez bien le budget fédéral dans son ensemble.

Questionnée mercredi par les journalistes sur la volonté d’Ottawa d’instaurer un système d’assurance médicaments unique au pays, la ministre McCann n’a eu qu’une seule réponse : « L’assurance médicament, c’est un champ de compétence du Québec ».

Nous avons un bon système d’assurance médicaments au Québec, un modèle qui fonctionne bien et en ce sens nous allons le défendre.

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

Poursuivant son projet d’implanter un système national d’assurance médicaments, le gouvernent Trudeau a annoncé mardi dans son budget la création prochaine d’une Agence canadienne des médicaments dont le rôle serait entre autres de négocier le prix des médicaments avec les pharmaceutiques dans le but d’offrir à tous les Canadiens un service d’assurance médicaments abordable.

Bien qu’il précise qu’il entend travailler avec les provinces pour l’élaboration de cette nouvelle couverture d’assurance pancanadienne, le document budgétaire des libéraux évoque notamment l’élaboration d’un « formulaire national » qui « fournirait la base d’une approche uniforme pour les faire inscrire aux formulaires et pour l’accès des patients dans tout le pays », peut-on lire dans le budget Morneau.

Droit de retrait avec compensation

La ministre Danielle McCann s'adresse aux journalistes.La ministre de la Santé du Québec ne voit pas d'un très bon oeil l'inclusion du Québec dans un éventuel système pancanadien d'assurance médicaments. Photo : Radio-Canada

Or, pour la ministre québécoise de la Santé, il y a de fortes chances que son gouvernement réclame un droit de retrait avec compensation pour préserver le système québécois.

On va voir comment se développe le dossier, mais pour nous ce sera important que ce principe-là [le système en place au Québec] soit vraiment maintenu, a expliqué Danielle McCann. Et si le gouvernement fédéral va plus loin avec un programme d’assurance médicaments, on peut penser qu’on va utiliser notre droit de retrait avec compensation complète.

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

Implanté le 1er janvier 1997 sous le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard, le programme d’assurance médicaments du Québec fournit depuis 22 ans une couverture abordable à tous les Québécois qui ne bénéficient pas d’une assurance médicaments collective privée.

Contrôle du prix des médicaments

En ce qui a trait à l’avantage que conférerait un système national sur la négociation du prix des médicaments au Canada, qui est avec les États-Unis le pays qui paie le plus cher ses médicaments parmi les nations occidentales, la ministre McCann explique qu’un tel rapport de force existe déjà au pays.

« Nous on fait affaire avec l’Alliance pancanadienne pharmaceutique et, sur le prix des médicaments, on doit avoir un pouvoir de négociation quand on fait affaire avec l’Alliance. […] On est plusieurs provinces au Canada et ça nous donne une force de négociation », explique la ministre, qui reconnaît cependant que le coût actuel des médicaments est très élevé au pays.

« C’est très cher et, effectivement, on doit continuer d’utiliser notre force de négociation, mais aussi différentes stratégies pour faire en sorte que les Québécois et les Québécoises en aient le plus pour leur argent.

D’autres avenues s’offrent à nous, comme les médicaments génériques et les biosimilaires. Ce sont des avenues que nous devrons prendre dans le futur », explique Danielle McCann, qui exclut toute fusion du système québécois dans une éventuelle assurance médicaments pancanadienne dirigée par le fédéral.

Également questionné sur les projets d’Ottawa en matière d’assurance médicaments, le ministre québécois des Finances, Éric Girard, a aussi fermé la porte en rappelant lui aussi qu’il s’agirait d’une intrusion dans un champ de compétence provincial.

Le Québec fait tout de même des gains, souligne Legault

Le premier ministre François Legault a pour sa part accueilli le dernier budget fédéral avec philosophie, estimant que plusieurs mesures seront bénéfiques pour le Québec, dont la compensation accordée aux producteurs laitiers pénalisés par le nouvel accord commercial avec le Mexique et les États-Unis.

« Il y a des choses dans le budget fédéral qui montrent qu’on fait des gains : 3,9 milliards pour les producteurs laitiers et environ 40 % de ce montant-là qui vient au Québec », a-t-il précisé.

L’enveloppe de 500 millions de dollars additionnels que toucheront les municipalités du Québec réjouit aussi M. Legault, qui déplore cependant le manque d’engagement d’Ottawa dans le projet de tramway de Québec.

« Il y a toujours un problème concernant le tramway de Québec. Je vous rappelle qu’on parle d’un projet de 3 milliards. Le Québec investit 1,8 milliard, le fédéral ne veut que mettre 400 millions. Donc, il faudra le piger dans les autres fonds et il y a beaucoup de demandes pour les autres fonds », a-t-il déploré.

Politique provinciale

Politique