•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une augmentation du nombre de crimes violents coûte cher au Service de police de Thunder Bay

Une femme policière dans un point de presse.

Sylvie Hauth a indiqué qu'une augmentation du nombre de crimes violents est à la source des dépenses imprévues.

Photo : CBC

Radio-Canada

La cheffe de la police de Thunder Bay, Sylvie Hauth, a dû justifier un dépassement budgétaire de 1,2 million à la Commission des services policiers de Thunder Bay.

La cheffe a présenté son rapport sur les écarts budgétaires le mardi 19 mars.

Près de la moitié des dépenses imprévues – 519 000 $ – sont liées au paiement d’heures supplémentaires.

En fin d’année, nous avons vu un montant important d’homicides, a-t-elle expliqué. Évidemment, ça a causé une augmentation de nos dépenses en heures supplémentaires.

Elle explique que le taux de crimes violents à Thunder Bay est particulièrement élevé.

Nos taux d’homicides, d’agressions sexuelles et de personnes disparues sont élevés. Ce sont des enquêtes qui requièrent beaucoup d'employés.

Sylvie Hauth, cheffe de la police de Thunder Bay

D’autres facteurs ont aussi contribué à l’écart budgétaire, a affirmé Mme Hauth.

En plus des frais juridiques et des frais de déplacement, la cheffe souligne une augmentation des dépenses liées aux réclamations auprès de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT).

Plusieurs agents, dit-elle, ne travaillent pas actuellement en raison de blessures liées au travail.

Le directeur des communications du Service de police de Thunder Bay, Chris Adams, affirme que les modifications de 2016 aux règlements de la CSPAAT contribuent à cette augmentation.

Ces modifications stipulent que si un premier intervenant reçoit un diagnostic indiquant qu'il souffre d’un trouble de stress post-traumatique, la CSPAAT présume que ce problème est survenu en milieu de travail jusqu’à preuve du contraire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Forces de l'ordre