•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un directeur d’école à T.-N.-L. sera accusé de voies de fait sur des élèves

Portarit de l'école Admiral's Academy. Un édifice à deux étages.
Robin McGrath était le directeur de l'école Admiral's Academy, à Conception Bay South, à Terre-Neuve-et-Labrador. Photo: Gracieuseté de NLESD
Radio-Canada

Le directeur de l'école Admiral's Academy, à Conception Bay South, sera accusé de voies de fait sur des élèves, selon des courriels obtenus par CBC et plusieurs personnes liées à l'enquête.

Robin McGrath a été arrêté en février, mais les accusations n'ont pas encore été déposées à la Cour provinciale, à Saint-Jean.

Le district a été informé que la Force constabulaire royale de Terre-Neuve avait arrêté [et s'apprêtait à déposer] contre le directeur de l'école quatre chefs d'accusations de voies de fait et un chef d'accusation de menace, tous visant des élèves de l'école, peut-on lire dans un courriel interne de la commission scolaire anglophone de Terre-Neuve-et-Labrador.

CBC/Radio-Canada n’a pas été en mesure de joindre M. McGrath.

Suspension sans salaire

La commission scolaire avait initialement mis M. McGrath en congé payé après avoir reçu une plainte vers la fin de l’année scolaire 2017-2018.

Nancy Healey est devenu la nouvelle directrice de l’école en septembre dernier. M. McGrath a été suspendu sans salaire il y a un mois.

En 2013, M. McGrath avait été nommé l'un des meilleurs directeurs d’école au Canada par l'organisme The Learning Partnership. Le ministre de l’Éducation provincial l'avait même félicité (Nouvelle fenêtre) pour cette distinction.

Une porte-parole de la Force constabulaire royale de Terre-Neuve a indiqué qu'elle ne pouvait faire aucun commentaire avant que les accusations soient formellement déposées au tribunal.

L'un des parents d'une présumée victime affirme ne pas connaître le détail des accusations contre M. McGrath. Il dit toutefois avoir appris qu'il y avait des éléments émotionnels et physiques aux agressions. Elles ne seraient pas allées jusqu'aux coups, toutefois.

À ma connaissance, il n’a jamais frappé mon enfant, précise-t-il.

Le parent, que nous ne nommons pas pour protéger l'identité de la présumée victime, indique que son enfant avait 5 ans lors de l'agression alléguée.

Défendu par son syndicat

L'Association des enseignants de Terre-Neuve-et-Labrador (AETNL) estime qu'un manque de ressources a peut-être provoqué les gestes reprochés à M. McGrath.

Dans une note interne obtenue par CBC, le syndicat a demandé à ses membres d'exprimer leur désaccord par rapport à la suspension sans salaire du directeur. Le syndicat leur a même fourni une lettre type pour écrire au ministère de l’Éducation.

Je prends au sérieux ma responsabilité envers les élèves et je crains que le niveau de soutien offert à nos jeunes ne soit pas suffisant pour assurer un environnement sécuritaire pour les élèves et le personnel, peut-on lire dans cette lettre.

Dean Ingram, le président de l'AETNL, a confirmé mardi que le syndicat soutenait toujours M. McGrath.

Les enseignants qui interviennent auprès des élèves doivent disposer des ressources nécessaires pour pouvoir interagir de manière efficace et appropriée avec les élèves, a-t-il déclaré.

Dean Ingram, président de l'Association des enseignants de Terre-Neuve-et-Labrador, en entrevue.Dean Ingram, le président de l'Association des enseignants de Terre-Neuve-et-Labrador Photo : CBC/Eddy Kennedy

Quand les enseignants manquent de ressources pour agir ainsi, ça rend les choses très difficiles et ils se retrouvent parfois dans des situations très compromettantes.

Le président du conseil scolaire anglophone, Goronwy Price, n'a pas voulu faire de commentaires sur les incidents présummés, mais il a précisé que la commission scolaire ne prenait aucune mesure à l’encontre d’un enseignant [...] sans avoir l’autorité nécessaire .

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Éducation