•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un budget équilibré sur le dos des pauvres, accusent des intervenants

Un budget équilibré sur le dos des pauvres, accusent des intervenants
Radio-Canada

Les députés verts et des groupes de protection des démunis, au Nouveau-Brunswick, sont très préoccupés par les coupes à des programmes sociaux, dans le premier budget présenté mardi par le gouvernement Higgs.

Ce budget est peut-être équilibré au niveau économique, mais il est équilibré sur le dos de certaines personnes, de beaucoup de personnes, dénonce Kevin Arseneau, le député vert de Kent-Nord.

Le ministre des Finances Ernie Steeves a déposé mardi un budget qui prévoit un surplus de 23 millions de dollars pour l’année en cours. Pour atteindre cet équilibre, il coupe notamment dans la protection de l’enfance, dans la sécurité du revenu et dans les logements sociaux.

Coupes dans les programmes sociaux :

  • Protection de l’enfance et soutien aux personnes handicapées : 2,9 millions $
  • Sécurité du revenu : 6,5 millions $
  • Habitation : 8,8 millions $

Il s’en prend ainsi aux personnes les plus vulnérables de la société, selon le chef du Parti vert, David Coon. J’ai beaucoup d’inquiétude avec les coupes du côté de l’aide sociale, le logement abordable. Ce sont des programmes très très importants pour les personnes qui vivent en pauvreté, a-t-il déclaré après la lecture du budget.

Le président de la section 1418 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les travailleurs de la protection de l’enfance, est plus direct.

Ça ressemble à une attaque sur les pauvres de la province

Stephen Drost, SCFP

M. Drost dit avoir été renversé d’apprendre que les budgets de la protection de l’enfance et la sécurité du revenu seraient réduits, d’autant plus que plus tôt cette année, un consultant, George Savoury, a recommandé de grands changements au système de protection de l’enfance au Nouveau-Brunswick.

Le rapport de ce consultant avait été préparé à la suite d’un grave cas de négligence d’enfants à Saint-Jean. Il recommandait entre autres qu’on allège la tâche des travailleurs sociaux pour leur permettre de mieux faire leur travail.

Le défenseur des enfants de la jeunesse, Normand Bossé, avait repris certaines de ces recommandations dans un deuxième rapport, quelques jours plus tard.

Une vague promesse de financement

Lors du dépôt de son budget, le ministre Steeves a déclaré que son gouvernement fournirait l’argent nécessaire à la mise en oeuvre des rapports de George Savoury et de Normand Bossé. Il n’a toutefois pas fourni de chiffre, renvoyant les questions à ce sujet à sa collègue du Développement social, Dorothy Shephard.

Dorothy Shephard est une des personnes les plus bienveillantes, intelligentes que je connaisse, a-t-il fourni, en guise de réponse.

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Ernie Steeves, en conférence de presse.Le ministre des Finances, Ernie Steeves, avait peu de détails à donner au sujet du budget du ministère du Développement social, mardi. Photo : CBC/Jose Burgos

Questionnée à ce sujet à l'Assemblée législative, mercredi, la ministre Shephard a déclaré que les deux rapports sur la négligence envers des enfants ne seraient pas laissés sans suite. La province, a-t-elle dit, s'occupera des personnes vulnérables et le fera « selon ses moyens ».

C’est notre intention de mettre en pratique les recommandations du Rapport Savoury et du rapport du Protecteur de l’enfance, a promis Mme Shephard en point de presse mercredi. Son ministère évalue les recommandations les plus prioritaires, assure-t-elle. Entre un demi-million et deux millions de dollars du présent budget pourraient être alloués à cet effet.

Les deux rapports ont pointé du doigt la surcharge de travail des travailleuses sociales pour assurer un suivi de qualité. La ministre n'a pas confirmé qu'elle embaucherait plus de personnel, mais elle promet des changements au cours des trois prochains mois.

« Il est plutôt sourd à la misère humaine »

Un porte-parole du Front commun pour la justice sociale, Jean-Claude Basque, dénonce également les coupes au budget pour les logements sociaux. Elles surviennent, rappelle-t-il, alors que deux villes, Moncton et Fredericton, ont dû ouvrir des refuges d’urgence pour les sans-abri cet hiver.

Le logement, avec la crise de sans-abri, on s’attendait à ce qu’il y ait une amélioration. Et là aussi, il y a des coupures assez importantes. Donc ce gouvernement-ci n’est certainement pas à l’écoute des gens qui vivent des situations difficiles. Il est plutôt sourd quand ça vient à la misère humaine.

Le fédéral s'apprête à verser 300 millions $ à Fredericton pour un plan d'aide au logement abordable qui s'étend au cours des 10 prochaines années. Les compressions de huit millions en habitation en ont fait sourciller certains observateurs.

C'est un programme qui se poursuit, ce n'est pas nouveau, précise la ministre du Développement social. Le programme à long terme n'implique pas l'utilisation de 30 millions $ tous les ans, des sommes supérieures seraient réservées pour des années subséquentes.

La ministre du Développement social, Dorothy Shephard, répondait aux questions des journalistes mercredi à l'Assemblée législative.La ministre du Développement social, Dorothy Shephard, répondait aux questions des journalistes mercredi à l'Assemblée législative. Photo : Radio-Canada

Quant aux compressions de plus de six millions de dollars en matière de sécurité du revenu, Mme Shephard les attribue au vieillissement de la population. Selon elle, une forte proportion des personnes bénéficiant de ce programme accèdent désormais aux budgets destinés aux aînés.

C’est la seule raison pour laquelle ça diminue, dit-elle. Ces nombres sont seulement basés sur les données démographiques.

Avec des informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale